Archive pour 8 janvier, 2012

Pour la France, certains otages d’Aqmi valent plus que d’autres

« Nous souhaitons une enquête parlementaire sur les différentes prises d’otages enregistrées dans la région sahélienne. La politique de la France est changeante, incohérente, opaque. Il faut que les Français sachent quelle est la ligne : qu’on fasse tout pour libérer les otages, comme ce fut longtemps la règle, ou, au contraire, qu’on les abandonne. »

Guillaume Denoix de Saint-Marc, directeur général de l »Association française des victimes du terrorisme, est sévère.

Pour lui, Antoine de Léocour et Vincent Delory, tués à 25 ans, le 8 janvier 2011, lors de l’assaut conduit par les forces spéciales françaises contre les terroristes d’Al Qaeda au Maghreb islamique (Aqmi) qui les avaient pris en otages la veille dans un bar de Niamey, « ont été sacrifiés à une décision politique ».

« Ces deux jeunes ont été pris à un moment où il y avait trop d’otages. La volonté française était de marquer le coup, de taper du poing sur la table. La décision a été prise de montrer que la France ne laisserait plus prendre d’otages français, décision qui mettait en danger la vie des otages. »

Inégalités de traitement selon les otages, journalistes ou pas…

Denoix de Saint-Marc déplore, en particulier, l’inégalité de traitement entre les otages, tantôt abandonnés et tantôt soutenus dans des négociations pour leur libération.

C’est ainsi, regrette-t-il, que la mort de Michel Germaneau, revendiquée par Aqmi en juillet 2010, n’a fait l’objet d’aucune ouverture d’information judiciaire dans la mesure où le retraité enlevé au Niger n’avait plus de famille. De même, il estime :

« La libération des trois otages d’Arlit, en mars 2011, puis celle des deux journalistes de France 3, ont été très difficiles à vivre pour les familles Delory et de Léocour. »

Annabelle Delory, d’ailleurs, en est certaine. Selon elle :

« Si Antoine et Vincent sont morts, c’est parce qu’ils n’étaient ni salariés d’une grande entreprise, ni fils de ministres, ni journalistes. C’étaient deux petits inconnus. La France n’avait pas envie de gérer deux otages de plus. Pour moi, on a bafoué les valeurs de la République. Il n’y a pas eu de fraternité. On n’a pas voulu s’embêter avec deux otages de plus. On a envoyé trois hélicoptères pour les ramener entre quatre planches. »

Silence gêné de la représentation nationale

Dans le silence gêné d’une représentation nationale rassemblée, muette, dans la cohésion contre le terrorisme, il s’est quand même trouvé une voix dissonante, celle de l’UMP, Yves Fromion, ancien militaire de carrière, au sein de la commission Défense de l’Assemblée nationale et sur son blog.

« Chacun peut apprécier ce qu’il en est de cette affaire qui s’est déroulée dans des conditions calamiteuses […] L’affaire des otages du Niger relève avant tout d’une responsabilité politique et j’ai fait mon travail de parlementaire en m’adressant à l’échelon politique. Dès que l’on a pris conscience de l’importance de la menace terroriste à laquelle la France est désormais confrontée dans l’espace sahélien, on doit adapter en conséquence notre capacité d’action ou de riposte.

On n’en est malheureusement pas là. Mauvaise appréciation ? Ruptures capacitaires ? Complexités diplomatiques ? La France doit pouvoir démontrer qu’elle est capable d’une autre alternative que de subir les prises d’otages ou de consentir à leur perte. »

Cette politique à l’égard d’AQMI, faite de chaud et de froid, d’alternance de coups de semonce – trois otages français en sont morts – et de négociations à coups de millions d’euros – quatre otages en ont bénéficié – est-elle fructueuse ?

La France, la plus touchée par les enlèvements

Beaucoup de spécialistes ont affirmé, en janvier 2011, qu’après Archange Foudroyant, AQMI n’enlèverait plus aucun Français. Mais – est-ce à cause de la juteuse rançon encaissée en mars suivant ? – deux Français viennent pourtant d’être enlevés fin novembre, au Mali, à Hombori. Tandis que quatre autres, pris en septembre 2010 à Arlit, au Nord du Niger, sont toujours retenus. A ce jour, la France est incontestablement le pays le plus touché par les enlèvements de ses ressortissants.

Cette politique est-elle comprise dans la région ? Nos partenaires y sont-ils associés ? La France ne fait pas toujours dans la dentelle, malheureusement.

Lors de l’assaut du 8 janvier, les forces spéciales françaises ne se sont pas contentées d’abattre deux des quatre gendarmes nigériens pris par AQMI. Elles les ont ensuite accusés d’être complices du terrorisme.

Ousmane Cissé, qui était ministre de l’Intérieur du Niger au moment de l’assaut, raconte :

« Nous avons très mal vécu ces accusations. Les Nigériens ne comprenaient pas qu’on ait fait sortir nos soldats pour aller sauver des Français et qu’on nous traite de complices d’Al Qaeda. Lorsque j’ai été reçu en France, cette équivoque a été complètement levée.

La France est un grand pays. J’ai ensuite fait personnellement le tour de toutes les unités pour l’expliquer. »

Les familles de soldats nigériens tués attendent toujours

Et l’ancien ministre d’affirmer qu’il faut dépasser les polémiques et les divergences :

« Nous devons échanger en permanence, tout au long du processus, parce qu’à un certain moment, cela n’a pas été le cas. Il faut qu’on se serre les coudes. Nous avons besoin de la France dans ce combat : quand la menace vient, elle ne fait pas la différence. »

Les autorités françaises se sont excusées auprès d’Ousmane Cissé. Elles ont promis que « la France manifesterait une certaine solidarité aux familles et aux enfants des soldats disparus et que les deux blessés seraient évacués pour être soignés en France ».

Malheureusement, ni l’une ni l’autre promesse n’ont été tenues. La grande politique se niche souvent dans de petits détails…

Jean-Louis pour Nathalie Prevost

in Rue89

 

Sophie Coignard : « L’oligarchie des incapables »

Sophie Coignard et Romain Gubert, journalistes au Point, dénoncent dans leur dernier ouvrage une « oligarchie », composée de patrons, hauts fonctionnaires, élus ou experts, qui cumulent fonctions et privilèges, se servent de l’Etat à leur profit et à celui de leurs amis et « gouvernent avec un mélange d’incompétence et de lâcheté. »

Sophie Coignard : « L’oligarchie des incapables » dans Opinions arton3156

Sophie Coignard répond aux questions de France Info, 5 janvier 2012 – Extraits

« Il y a un peu plus de 20 ans, j’avais écrit un livre qui s’appelait la Nomenklatura française, en référence au monde soviétique. Les nomenklaturistes en Union Soviétique sont devenus des oligarques, en France, les nomenklaturistes français sont aussi devenu des oligarques.

Ils sont peu nombreux, ont beaucoup de pouvoir. Ils se servent de l’Etat à leur profit. Ils sont un peu incapables lorsqu’il s’agit de l’intérêt général, mais très compétents pour leurs intérêts particuliers. Ils cumulent les privilèges, et ont découvert avec frénésie la cupidité et l’argent.

Ce qui est nouveau, c’est la situation de la France. On a aujourd’hui un solde déficitaire du commerce extérieur comme on n’en a jamais eu. On a le problème de la dette, on a le chômage, … Et on a une classe politique qui est de plus en plus loin de ces choses là.

Quand des patrons du CAC 40 voient leurs profits divisés par 5 – c’est le cas chez AXA – et que les rémunérations du PDG continuent d’augmenter, c’est ce qui s’appelle de l’impunité. La majorité des gens ne sont pas soumis à ces règles là. Ils sont soumis à des règles beaucoup plus dures.

Non, ce n’était pas tout à fait pareil avant. Autrefois, il y avait moins d’impunité. Je pense qu’il y avait moins de – comment dire … ? – de voyous qui intervenaient dans les affaires de la République, comme on le raconte dans notre livre.

Ce n’est pas le fait de gagner de l’argent, qui pose problème. C’est cette espèce de déconnection entre, d’une part la compétence, les résultats, et d’autre part la rémunération.

Les incapables, pour moi et pour Romain Gubert, ce sont les gens qui gagnent beaucoup d’argent en faisant mal leur travail.

Voir la vidéo
Sophie Coignard : « L’oligarchie des incapables » par FranceInfo

Aujourd’hui on a mille exemples. Prenons celui du patron de Dexia – que l’Etat a du recapitaliser à hauteur de 87 milliards. Et bien ce monsieur pense devenir directeur général de la Caisse des Dépôts. Après avoir fait perdre tant d’argent à l’Etat, est-ce que c’est vraiment une bonne idée que de continuer à se promouvoir ?

Il y a tellement d’exemples…

L’ancien patron de l’AFSSAPS, celui qui a pendant des années ignoré le problème du Mediator, … qu’est-il devenu ? Secrétaire Général de l’Education Nationale… »

Voir la vidéo
L’oligarchie des incapables au Soir 3

Sophie Coignard, Soir 3

Jusqu’à il y a 20, 25 ans les hauts fonctionnaires s’occupaient de l’intérêt général. Aujourd’hui ils sont happés par le monde de l’argent.

Non, ce n’est pas du tout : tous pourris !

En France on a une élite qui a été créée après la deuxième guerre mondiale, dans l’esprit de la Résistance, qui pendant deux générations a bien fonctionné pour l’intérêt général.

Mais aujourd’hui, elle passe trop de temps à s’occuper d’elle et n’a plus le temps de s’occuper des français…

Présentation de l’éditeur

 

(JPG)

Ils monopolisent les postes les plus importants, cumulent les privilèges et font de l’argent leur principale passion.

 

Ils se servent de l’Etat pour aider leurs amis, fabriquent des lois sur mesure pour leur bon plaisir et laissent le pays aux mains de bandes rivales.

Patrons, hauts fonctionnaires, élus ou experts, ces oligarques nous gouvernent avec un mélange d’incompétence et de lâcheté.

Après L’Omerta française, Sophie Coignard et Romain Gubert, journalistes au Point, révèlent vingt ans de compromissions et d’affaires cachées, qui ont permis à une caste de maintenir son règne malgré ses échecs répétés. En toute impunité.

Grand reporter au Point, Sophie Coignard a publié de nombreux ouvrages dont, Un état dans l’Etat et Le Pacte immoral). Romain Gubert est chef du service Economie du Point.

Jean-Louis pour ContreInfo

Elle vit depuis 15 ans sans un sou….

Pour ceux qui s’affolent de la crise, nous n’avons pas besoin d’argent, juste d’un peu d’astuce et de volonté…….. Clap

 

Elle vit depuis 15 ans sans un sou…. dans Opinions Heidemarie-Schwermer-vit-sans-argent-depuis-15-ans-newzitivHeidemarie-Schwermer/newzitiv.com

 

Une allemande de 69 ans vit depuis 15 ans sans dépenser d’argent. C’est l’histoire d’une utopie qui est devenue réalité.

Mener une bonne vie sans plus dépendre de l’argent ? Heidemarie Schwermer nous prouve que c’est possible, même à notre époque. Bonne nouvelle donc pour tous ceux qui ont peur de « la crise » ; un espoir est né en Allemagne.

Tout a commencé il y a 22 ans, lorsqu’elle arrive à Dortmund (Allemagne) avec ses deux enfants et une valise. À l’époque Heidmarie sort d’un mariage difficile ; elle est enseignante et ne s’est jamais plaint de sa situation. Pourtant, l’allemande va être choquée par la crise industrielle de 1979 et va radicalement changer de vie. Le choc pétrolier qui a touché la Ruhr a précipité de nombreuses personnes dans la pauvreté. Heidmarie réalise alors que le problème ne vient pas fondamentalement d’un manque de ressources mais de leur mauvaise répartition. À son échelle, Heidmarie va complètement bouleverser le système. Voyant qu’elle possédait plus que le nécessaire et qu’elle ne s’épanouissait plus dans son travail, elle quitte tout pour devenir plongeuse. Parallèlement, elle ouvre sa boutique de troc.

« Gib und Nimm » (Donner et prendre)

Dans sa boutique, tout le monde est libre d’échanger toutes sortes d’objets ou de services. Les sans-abris sont les plus intéressés par le système. Cependant, les chômeurs et les retraitéssont aussi nombreux à se presser dans la boutique. L’établissement est rapidement devenu un phénomène dans la ville.

En 1995, l’allemande trouve qu’elle gagne encore « trop » d’argent. Ses enfants ont déménagé et tout ce dont elle a besoin semble se présenter à elle. Ainsi, Heidmarie vend sa maison, ferme son compte bancaire et résilie ses contrats d’assurance. Elle donne tout le reste de ses biens à ses amis ou à des connaissances. Mais pas question de vivre dehors, elle tire parti de son réseau de troqueurs passionnés. Ces derniers lui prêtent amicalement leurs maisons en échange de menus services. Pour manger elle récupère les invendus des supermarchés bios de Dortmund et s’habille avec des vêtements qu’elle a troqués au marché aux puces. Elle refuse aussi d’aller chez le médecin. Toute sa vie tient dans une petite valise, avec 200€ seulement en cas de besoin.

« L’argent nous détourne de l’essentiel »

Heidmarie a déjà publié deux livres, aujourd’hui elle travaille sur le troisième. Tous les bénéfices de la publication, ainsi que sa retraite mensuelle de 700€ sont entièrement reversés à des proches dans le besoin et à des œuvres de charité. Elle participe aussi au documentaire « Vivre sans argent » dans lequel elle raconte son histoire et montre ses combines. Elle explique que, pour elle, « l’argent éloigne de l’essentiel, l’abandonner m’a donné un vraie qualité de vie, une richesse intérieure et la Liberté ».

La vieille dame ne bénéficie d’aucune aide sociale, ne pouvant ainsi pas être qualifié de paria du système. Provocatrice ou prophète ? Heidmarie Schwermer semble en tous cas être en avance sur son temps.

Jean-Louis pour Camille Lebrun

in  www.newzitiv.com partagé avec Sauve-La-Terre

Photo : afp.com/Patrick Lux

Pour les marchés, la France ne vaut plus que BBB

Bien sur, ce n’est pas encore officiel puisque l’agence de notation ne dévoilera réellement les notes des pays européens que le 18 janvier, jusque là, nous avons ENCORE le triple A! Non, en fait les marchés financiers font payer la France de la même manière qu’un pays ayant le triple A, en clair, ils ont prit un peu d’avance sur l’inéluctable… Maintenant, n’oublions pas que tout ceci n’est qu’une arnaque et que les agences de notations américaines ne sont qu’une vaste escroquerie financière, du cinéma pour faire la pluie et le bau temps pour le compte des banques…

Selon les dirigeants de Standard & Poor’s à Paris, les marchés financiers font déjà payer à la France des taux d’intérêt dignes d’un pays noté triple B.

2008. Lors de la crise des subprimes, les agences de notation essuient un échec retentissant en n’anticipant pas les déboires de Lehman Brothers. 

2008. Lors de la crise des subprimes, les agences de notation essuient un échec retentissant en n’anticipant pas les déboires de Lehman Brothers. | (AP.)

Ces trois lettres affolent les investisseurs, mais aussi les politiques : AAA! Le chef de l’Etat,Nicolas Sarkozy, aurait lui-même déclaré en décembre dernier : « Si on perd le triple A, je suis mort! » Hors de cette note A donc, point de salut! Depuis, l’Elysée et Matignon ont tenté de dédramatiser la perte de ce fameux sésame, indispensable pour emprunter sur les marchés financiers aux taux les plus bas.

Déjà, les trois principales agences mondiales, Standard & Poor’s, Moody’s et Fitch, ont placé la note de la France sous surveillance négative. Un avertissement avant une dégradation qui pourrait intervenir d’ici au mois de mars. Au gouvernement, on redoute un scénario catastrophe qui verrait la note de la plupart des pays de la zone euro revue à la baisse, sauf peut-être celle de l’Allemagne… et la France être dégradée de deux crans. Dans le long entretien qu’ils nous ont accordé, les dirigeants de Standard & Poor’s en France considèrent que les marchés financiers font déjà payer à la France des taux d’intérêt dignes d’un… triple B. Pas de quoi apaiser les virulentes critiques qui s’abattent sur ces agences de notation soupçonnées de vouloir dicter leur loi aux Etats. « On ne peut pas juger un pays comme on juge un compte d’exploitation », a grincé hier Alain Minc, conseiller officieux de l’Elysée.

Véritable épée de Damoclès suspendue au-dessus de nos têtes, une dégradation de la France résonnerait en tout cas comme un coup de tonnerre à quelques semaines de la présidentielle. Elle affaiblirait Nicolas Sarkozy et plongerait François Hollande dans l’embarras. La perte du triple A, coûtant, selon Bercy, 2 milliards par an, elle réduirait les marges de manœuvre d’un éventuel gouvernement de gauche. Hier, le socialiste Didier Migaud, président de la Cour des comptes, a tiré la sonnette d’alarme. « Le redressement des comptes publics est une nécessité impérieuse. » Sauf à prendre le risque de voir la dette s’emballer et devenir « un fardeau insupportable ».

L’écart se creuse entre la France et l’AllemagneC’est l’obsession de Bercy! Que le « spread » — dans le jargon financier, il désigne l’écart de taux d’intérêt versé pour le remboursement de leur dette entre deux pays — s’envole, l’Allemagne creusant le fossé avec la France. Cette semaine, Paris a donc eu des sueurs froides. Car, après l’emprunt de 4 Mds€ lancé sur les marchés avant-hier par la Bundesbank à un taux moyen de 1,93% sur 10 ans, on attendait le résultat de l’émission d’obligations réalisé le lendemain par France trésor. Il s’agissait de lever 7,9 Mds€ dont 4 Mds€ empruntés, eux aussi, sur 10 ans. Mais là, le prix à payer a été plus élevé. Outre le fait qu’il est en augmentation par rapport à décembre dernier, le taux payé par la France (3,29%) est en effet supérieur de 1,36% à celui de l’Allemagne qui fait plus que jamais figure de valeur refuge. Pas de quoi inquiéter l’agence France trésor, pour autant, celle-ci faisant remarquer que pour les obligations émises hier à 12, 24 et 30 ans, « les taux sont en baisse ». Le seront-ils encore dans les semaines qui viennent? Réponse lorsque la France devra retourner sur les marchés financiers pour placer sa dette.
O.B

Jean-Louis pour Benji in  Le Parisien

Monsanto/site: occupation d’apiculteurs

Tous en coeur avec eux, et même, si certains veulent participer!!! Virons Monsanto et consort, que ces boites fassent faillite, ce ne sont pas des entreprises mais de grosses saloperies financières qui n’ont jamais rien fait de bon, surtout au niveau OGM!!!

http://www.chacunsonbio.fr/files/images/Environnement_-_OGM_-_dossier_0.jpg

Une centaine d’apiculteurs ont entrepris aujourd’hui d’occuper un centre de la compagnie américaine Monsanto à Monbéqui (Tarn-et-Garonne) pour exiger du gouvernement l’interdiction rapide de la vente et la culture de maïs génétiquement (OGM) modifié en France. « Nous demandons un arrêté interdisant la vente et la culture du Mon 810 et l’interdiction de tous les OGM produisant du nectar ou du pollen », qui pourraient polluer le miel, a déclaré un apiculteur de l’Hérault, Jean Sabench, porte-parole de la Confédération paysanne à l’origine de l’action.

Une vingtaine d’apiculteurs entassés dans une camionnette se sont introduits en catimini sur le site en se faisant passer pour des livreurs puis ont ouvert grand les grilles à plusieurs dizaines d’autres, venus de tout le Sud-ouest. Revêtus pour certains de tenues blanches avec un voile protégeant leur visage, ils ont apporté dans les locaux deux ruches et des enfumoirs, avant d’appeler par téléphone des responsables du ministère de l’Ecologie.

Jean-Louis pour Benji in Le Figaro (ouille!!)

Le Modèle social européen : le conte de fées et les faits

La lecture de l’article dans son intégralité est intéressante, mais je vous propose ici l’extrait trouvé sur le site Liesi. En résumé, nous sommes mal, et lorsqu’on dit que l’histoire se répète, ce n’est pas juste une simple manière de parler…

Par Martin De Vlieghere, Nicolas De Pape – Le modèle social Européen semble incapable de relever les défis de la mondialisation, et a laissé l’Europe avec des problèmes gigantesques: une dette publique monumentale, une population rapidement vieillissante, 19 millions de chômeurs, et un taux de chômage des jeunes de 18%, ces deux chiffres pouvant être facilement doublés si l’on prend en compte le chômage caché. La réalité qu’on n’ose pas dire est que le chômage européen réel a atteint le niveau de 1932, soit celui qui sévissait au plus profond de la Grande Dépression, juste avant que Hitler prenne le pouvoir. L’essence même de l’Etat-providence était en jeu.

Le Modèle social européen : le conte de fées et les faits dans Opinions

Un désastre organisé. Ce désastre social européen est en train de se développer alors que le reste du monde prospère à un rythme inégalé depuis trois décennies. 2004 et 2005 ont été des années record. La Chine et l’Inde ont connu une croissance à deux chiffres et les Etats-Unis bénéficient pleinement des avantages de la mondialisation. Pendant que l’économie mondiale prospère à un taux moyen de croissance supérieur à 4%, l’Europe stagne à un taux (gonflé) de1,5 %. (Source)
Jean-Louis pour Benji

« L’oligarchie des incapables » versus « la France est un pays plutôt vertueux »

Je suis client pour le livre! Bien sur c’est surtout dénoncer ce qui est déjà connu, mettre en avant des faits avérés depuis longtemps, mais comme un rappel est toujours le bienvenu… Seul bémol, ce rappel là est payant…

Voir la vidéo

« L’oligarchie des incapables », le livre de Sophie Coignard et Romain Gubert, dresse le tableau peu reluisant de cette oligarchie française « fossilisée », symptomatique (et responsable) d’une véritable déliquescence démocratique.

S’il en fallait un pour défendre l’oligarchisme à la française, ce ne pouvait être qu’Alain Minc… Pour cet essayiste, proche conseiller de Nicolas Sarkozy et désormais président des autoroutes Sanef [1], « la France est un pays plutôt vertueux », en comparaison des Etats-Unis, de l’Italie, de la Grande-Bretagne, etc. C’est ce qu’il explique à Patrick Bonazza dans Le Point [2].

Extrait :

« Le Point : Que pensez-vous du livre de Romain Gubert et Sophie Coignard ?
Alain Minc : C’est un livre qui exprime un populisme talentueux. Il aurait beaucoup gagné à décrire comment se comportent les élites dans d’autres pays. Par exemple, comment aux États-Unis le lobbying peut être destructeur. Comment dans ce pays, grâce à l’entremise d’un vice-président, Dick Cheney en l’occurrence, la firme Halliburton a obtenu sans appel d’offres les marchés de l’armée américaine en Irak. Les États-Unis sont aussi ce pays où la Cour suprême a supprimé toute limite au financement des partis politiques. J’aurais eu plaisir à lire aussi que, en Grande-Bretagne, la « mère de la démocratie », la Chambre des lords est affermée aux donateurs des deux grands partis. Ou qu’en Allemagne la carrière de Helmut Kohl s’est conclue par un immense scandale. Et je passe sur l’Italie. En comparaison, la France est un pays plutôt vertueux. J’ajouterai que l’analyse de nos deux rédacteurs sur les élites médiatiques est un peu faiblarde. J’aurais volontiers ajouté un chapitre à leur livre sur les drôles de moeurs de la tribu journalistique. »

Alain Minc a raison sur un point (il n’a pas tort non plus sur les moeurs de la tribu journalistique… [3]) : le comportement des élites dans les pays qu’il cite, est pour le moins condamnable et détestable. Mais de là à en déduire que les élites françaises seraient plutôt vertueuses en comparaison, c’est vraiment se foutre du monde (de là à en déduire que Minc est un expert quand il s’agit de se foutre du monde…).

D’ailleurs, pour se convaincre de l’hypocrisie de Minc, il n’est pas inutile de lire cet extrait de la présentation du livre par François de Closets [4] :

« Sophie Coignard et Romain Gubert ne dissertent pas. D’une histoire à la suivante, ils décrivent, ils racontent et nous offrent une traversée assez ahurissante de la haute société française. À nous d’en tirer les conclusions. Ce petit monde vit en vase clos, se retrouve dans les mêmes cercles, les mêmes clubs ou sur les mêmes coups. Public-privé, gauche-droite, les frontières s’estompent. Il s’agit d’abord d’occuper les places et de faire fortune. Car la cupidité est reine. Les uns cumulent les mandats et les charges, empilent les salaires, les autres ajoutent de généreuses rémunérations à une retraite dorée, voici les parlementaires qui se font avocats, les avocats qui se font agents d’influence. Avec, en prime, l’argent public toujours disponible pour faire des affaires. L’oligarchie défend ses privilèges en refusant la disparition des grands corps de l’Ena, en s’opposant à la taxation des oeuvres d’art, elle assure son impunité en étendant le secret-défense, en réduisant le pôle financier de la justice et en retardant le jugement de certaines affaires. Les fautes ne sont jamais sanctionnées et l’incompétence se voit toujours récompensée par un recasement, un parachute doré ou une retraite royale. »

L’article donne également un aperçu, plus que parlant, des façons de faire du petit monde oligarchique français. Vous pourrez y lire des extraits du livre qui épinglent ces quelques individus :

Quand Schweitzer fait la quête
Erik Orsenna, n’oubliez pas l’artiste…
Dov Zerah, l’énarque de Neuilly
Henri de Castries assure… pour lui
À la santé de Jean Marimbert
Bienveillant Jean-Claude Marin
Les folies de Richard
Philippe Marini, businessman, avocat et… sénateur

Si la cupidité était une vertu, alors on pourrait dire que cette caste est très vertueuse…

Jean-Louis pour Benji

in Les Moutons Enragés

[1] Challenges – Alain Minc nommé patron des autoroutes Sanef – 14/12/2011 : « L’économiste français Alain Minc, un des proches conseillers du président Nicolas Sarkozy, a été nommé président des autoroutes Sanef, a annoncé mercredi 14 décembre le groupe espagnol d’infrastructures et de services Abertis, maison mère de Sanef.

« Le conseil d’aministration de Sanef, filiale française d’Abertis, a donné aujourd’hui son feu vert à la nomination d’Alain Minc comme nouveau président de la société, en remplacement de Pierre Chassigneux, qui prendra sa retraite après avoir occupé ce poste depuis 2003″, a précisé le groupe dans un communiqué.

Alain Minc est déjà présent au conseil d’administration de deux entreprises espagnoles, la banque catalane CaixaBank et le groupe de médias Prisa, qui édite notamment le quotidien El Pais.

Sanef (société des autoroutes du Nord et de l’Est de la France), qui exploite 1.757 km de voies -dont les autoroutes du réseau Paris-Normandie (SAPN)-, appartient à Abertis depuis sa privatisation en 2006. La société a réalisé un chiffre d’affaires de 1,47 milliard d’euros en 2010 et emploi 3.600 collaborateurs. »

[2] Le Point – Alain Minc : « La France est un pays plutôt vertueux » – 06/01/2012

[3] 20 minutes – Vous avez interviewé Romain Gubert pour son livre « L’oligarchie des incapables » – 05/01/2012 : « Nous avons un chapitre “Des medias si gentils” qui aborde ce point particulier. Mais vous avez raison : certains journalistes perdent le sens de ce qui fait le sel de ce métier, l’indépendance, et préfèrent la connivence avec les politiques ou les responsables d’entreprise. Mais à mon sens, le principal problème réside dans le fait que, contrairement à ce qui se passe ailleurs, les médias appartiennent souvent à de grands groupes industriels et n’ont pas les moyens de laisser leurs journalistes travailler pendant plusieurs semaines sur des enquêtes. Or, le temps est la chose la plus importante pour pouvoir faire de l’investigation. Avons-nous été inquiétés au Point ? Non. Pas du tout. Ce journal est en bonne santé financière, ce qui permet de travailler sérieusement et dans de bonnes conditions. (…) »

[4] Le Point – Les secrets inavouables de la caste – 06/01/2012

Source: Agoravox.tv

 

L’actualité de la crise : CHAUSSONS DE PLOMB

Le ballet a repris mais les danseurs sont chaussés de plomb. Angela Merkel, Mario Monti et Nicolas Sarkozy vont le 20 janvier prochain nous interpréter un nouveau tableau désormais élargi à trois, mais ils ne parviennent plus à masquer leurs pas désaccordés.

Ayant précédemment convenu avec Angela Merkel qu’il ne pouvait plus être fait ouvertement référence à la BCE – afin de préserver son indépendance (et de masquer les désaccords à propos de sa politique) – Nicolas Sarkozy a lancé un appel déguisé en déclarant que “pour faire face à cette crise de confiance, toutes les institutions européennes doivent prendre leurs responsabilités comme chaque État de la zone euro a été amené à le faire”.

Mais il a fort peu de chances d’être entendu par le conseil des gouverneurs de la banque centrale, qui se réunit jeudi prochain, tout à son affaire avec le sauvetage du système bancaire européen, qui continue à donner du fil à retordre et à présenter tous les signes durables d’une profonde crise de confiance. L’analyse des raisons de cette absence manque à l’appel, comme on pouvait s’y attendre, car il faudrait pour cela plonger les mains dans le cambouis et mettre au grand jour de petits mystères.

Romano Prodi, l’ancien président du conseil italien et ex-président de la Commission européenne, ne s’est pas privé pour se demander dans Il Messagero “pourquoi Paris a cessé d’être le ciment de l’Europe”, le devoir de la France étant selon lui de “recomposer l’unité européenne, pas de servir de roue de secours à l’Allemagne”. Pourquoi donc, aurait-il pu ajouter, le président français s’est-il engagé dans une opération de diversion à propos du projet de la taxe sur les transactions financières, prétendant aller résolument de l’avant en solitaire ? Ne serait-ce pas pour marquer sa détermination sur l’accessoire afin de masquer sa vacuité sur l’essentiel ? Quel aveu !

Mario Monti, l’actuel chef du gouvernement italien, a réclamé pour sa part que le renforcement de la discipline budgétaire s’inscrive “dans une approche durable de long terme”, car “il ne s’agit pas seulement de satisfaire la soif de discipline de court terme de certains pays”, mais aussi “d’aller plus loin vers des politiques communautaires communes pour la croissance”.

Mis bout à bout et accompagné du silence actuel du gouvernement allemand, tout cela fait de moins en moins une politique européenne. De nouveaux grands désordres s’annoncent, des reconsidérations sont inévitables.

Jean-Louis pour François LECLERC

blog de Paul JORION 

Arcelor-Mittal attaqué par Anonymous……

S’ils pouvaient bloquer toutes les bourses………Pas interdit de rêver……..

Arcelor-Mittal attaqué par Anonymous…… dans Opinions

Le groupe d’activistes Anonymous est passé à l’action, comme promis, dans la nuit de jeudi à vendredi, en piratant le site internet du groupe ArcelorMittal.

La menace avait été lancée le 1er janvier par les pirates informatiques, connus pour leurs cyber-attaques contre des multinationales comme Sony, Mastercard, ou encore le Ministère syrien de la Défense. Et pourtant, le n°1 mondial de l’acier avait pris la menace au sérieux, en annonçant « avoir de solides systèmes de sécurité informatique pour se protéger contre ce type d’actions ».

Peine perdue! Dans la nuit, la page d’accueil est remplacée, et affiche une vidéo d’Anonymes qui dénonce les conséquences de la fermeture de deux hauts-fourneaux à Liège. Ils en ont donc profité pour laisser leur message: « Nous nous battrons avec toute l’énergie, et tous les moyens informatiques dont nous disposons pour soutenir les oubliés de ce monde et les défendre contre leurs tortionnaires qui opèrent d’une façon sournoise qui nous est insupportable ».

En découvrant la supercherie, ArcelorMittal s’empresse de bloquer le site dans la matinée. Il est de nouveau mis en service dans l’après-midi, via un microsite qui se compose uniquement d’une présentation générale de la firme.

Fin 2011, Arcelor annonce la fermeture de son site liégeois entraînant la suppression directe de 580 postes. À cela s’ajoute les 1.000, voire 2.000 emplois indirects perdus, dans une région déjà très touchée par le chômage.

ArcelorMittal a déposé une plainte contre X devant le grand tribunal du Grand-Duché, au Luxembourg. La police a donc ouvert une enquête pour fraude informatique.

Jean-Louis pour la rédaction de  www.maxisciences.com partagé avec TerreSacree

Occupation des agences Pôle Emploi le mardi 17 janvier 2012

Mouvement d’occupation des agences Pôle Emploi le mardi 17 janvier 2012. Occupation par les chômeurs et précaires, tout le monde peux venir en aide !

Le gouvernement se refuse à répondre positivement au mouvement des chômeurs et précaires. Gérer l’exclusion ce n’est pas la combattre. Voilà pourquoi nous devons nous mobiliser. Le développement du rapport de force qui doit nous permettre de gagner des droits sociaux pour tou-te-s dépend de chacun d’entre nous.

« Date de la fin de l’évènement indéterminé ! » « On occupera jusqu’à obtenir gain de cause ! »

L’occupation de Pôle Emploi c’est le 17 janvier. Après la coordination nationale, « nous » expliquerons où en sont les occupations, et quelles sont les prochains temps forts.

la Coordination nationale de Occupons Pôle Emploi.

Jean-Louis pour france@fruncut.org

NB : Je re-publie cet article tous les jours jusqu’au 17 janvier

12

Le droit de savoir |
Lesenegalais |
Aurélien Brillant MIAMISSA |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | RTI VERITES
| unsa-cprpsncf
| Parti Libéral Tunisien