Archive pour 11 janvier, 2012

300 employés menacent de se suicider

Maintenant, si vous devez malgré tout acheter un produit estampillé Microsoft, Nintendo ou Sony, pensez que derrière tout cela, il y a une ombre funeste qui ne doit pas laisser indifférent!

300 employés menacent de se suicider dans Opinions Fotolia_20500874_Subscription_XXL-300x189Une nouvelle crise a frappé une usine de Foxconn à Wuhan en Chine. Près de 300 employés ont menacé de se jeter du haut del’immeuble.

Foxconn est connue pour la fabrication de produits Microsoft, Nintendo et Sony et l’usine en question est spécialisée dans le montage de Xbox 360. L’histoire est confirmée par les autorités Chinoises, les employés ont menacé d’un suicide collectif.

A l’origine de cette histoire, une promesse que la firme n’a pas tenue. Foxconn a garanti à ses ouvriers qu’ils pouvaient soit conserver leur emploi sans augmentation soit démissionner et le cas échéant obtenir une indemnisation.

Les conditions de travail étaient telles que la plupart ont choisi de quitter l’entreprise et donc de recevoir une prime. Seulement l’accord a été résilié et aucun des travailleurs n’a reçu de paiement. Indignés, ils ont choisi la voie la plus insoutenable pour se faire entendre. L’incident a créé un tumulte monstre, à tel point que la production de Xbox 360 a momentanément été stoppée et on a envie de rajouter : heureusement.

Le Maire de Wuhan est intervenu du bas de l’immeuble pour entamer le dialogue avec la masse d’employés sur le point de sauter. Il faut dire que l’ombre du suicide plane déjà sur Foxconn. En 2010 une douzaine d’ouvriers avaient mis cette menace à exécution, conduisant l’entreprise à installer des filets de sécurité autour de certaines installations.

Microsoft a déclaré prendre les conditions de travail en usine très au sérieux. La firme promet de mettre en place un suivi et de traiter les problèmes dès leur apparition. Ils s’engagent à un traitement équitable et à garantir la sécurité des travailleurs employés par leurs fournisseurs.

Si ces intentions sont bien évidemment louables, en cinq ans 17 employés de Foxconn se sont suicidés.

Source: Gizmodo.fr

 

Jean-Louis pour Benji

in Les Moutons Enragés

 

 

2012: la valse sur les métaux continue…

2011 a été une année riche en rebondissements au niveau du prix des métaux, et ce sont l’or et l’argent qui ont montré le plus d’intérêt auprès des ré-informés, mais il y a d’autres métaux dont les cours risquent de beaucoup bouger en 2012… Les métaux? Une valeur refuge, surtout avec cette économie qui est devenue un « en-fer! »

leadimgLe secteur des métaux industriels continue d’évoluer en bas de cycle. Et ce n’est pas le petit rebond de Noël du CAC 40 qui a permis au secteur de sortir de l’ornière.

Le FTSE 350 Mining, un tracker regroupant les minières cotées à Londres, tourne toujours autour de ses plus bas depuis deux ans, à 20 000 points. Inquiets, les traders observent que le marché est encore bien loin de ses plus bas de 2008. Pour rappel, le FTSE 350 Mining avait touché les 7 984 points lors d’un morne vendredi de décembre 2008.

Pourtant plusieurs signes ont indiqué ces dernières semaines que la chute des cours pourrait être terminée.

L’Indonésie et l’Inde ont décidé de mettre en place une taxe sur leurs exportations de minerais. L’irruption d’une version “émergente” du patriotisme économique pourrait amener les cours des minerais à se redresser plus rapidement que prévu.

Ainsi le timing n’a jamais été aussi bon pour se positionner sur certains marchés des matières premières. Car cette leçon de patriotisme économique doit nous indiquer une chose : le cours decertains métaux ne tombera pas plus bas.

C’est en particulier le cas avec le fer.

Après avoir perdu jusqu’à un quart de sa valeur en 2011, les cours du fer devraient se reprendre en 2012. Car ses fondamentaux sont plus que solides.

Les producteurs pourraient ainsi rapidement retrouver des couleurs.

La Chine casse la dynamique du fer
Les cours du fer sont passés de 180 à 120 $ en 2011, avant de légèrement remonter en fin d’année.

Plusieurs explications peuvent être données à cette chute. Cependant, elles partagent le même point de départ : la Chine.

Au côté du ralentissement de l’activité industrielle chinoise, les importantes pénuries d’électricité qui ont frappé diverses aciéries ont également pesé sur la demande de la Chine.

Ensuite, le relèvement des taux d’intérêt dans les pays émergents ont réduit les liquidités disponibles pour financer les infrastructures. Par exemple, sur les 11 premiers mois de 2011, les investissements dans de nouvelles voies de chemin de fer ont baissé de 30% en Chine.

Depuis, la Chine a fait remonter les cours de 120 $ à 135 $, grâce à son mouvement de restockage.

En 2012, la situation va changer… toujours du fait de la Chine.

La Chine va relancer en 2012
Le débat sur l’atterrissage en douceur ou brutal de la Chine début 2012 est en train d’être dépassé.

Car il fait de moins en moins de doute que la Chine va assouplir sa politique monétaire. Comme le rappelle Eric Fishwick, chef économiste du CLSA (courtier spécialiste de l’Asie), dans le magazineUsine Nouvelle, “le gouvernement chinois sera probablement obligé d’intervenir en 2012 pour soutenir l’économie. [Les autorités] devraient probablement augmenter les quotas de prêts autorisés pour les banques, et les grands programmes d’infrastructures devraient s’accélérer dans les 18 prochains mois“.

Et gardez bien en tête que les infrastructures que veut financer le gouvernement sont nécessaires !

Comme je le rappelle souvent, la population chinoise vit encore à 50% dans des zones rurales. La poursuite de l’exode rural augmentera ainsi la demande en logement et en mobilité.

Des programmes d’infrastructures déjà sur les rails
Le gouvernement vient ainsi de lancer un vaste programme de construction de logements sociaux. 36 millions d’appartements vont être construits d’ici 2015. Ce programme pourrait loger l’équivalent de la population allemande.

Or le fer est indispensable au bâtiment.

Alors que la Chine consomme déjà autant de fer que les Etats-Unis, le Japon et l’Allemagne, ce programme va pousser la Chine à se jeter sur n’importe quelle cargaison de fer dans les mois à venir.

Goldman Sachs anticipe une pénurie de fer
La banque Goldman Sachs anticipe également une accélération de la Chine.

Comme elle le rappelle, il est probable que la Chine “accélère à nouveau” en 2012. Si les cours des matières premières seront ainsi soutenus, la banque anticipe en particulier une hausse des cours du fer.

Car pour la banque américaine, le marché pourrait être en déficit en 2012 et 2013. En 2012, les prix pourraient tourner autour de 150 $ la tonne. En 2013, le prix moyen serait de 165 $.

Cette hausse attendue de la demande va tendre les prix, et ce d’autant plus que l’offre est en voie de raréfaction.

L’offre en voie d’assèchement
L’Inde s’est donc convertie récemment au patriotisme économique. Plus radicale que François Bayrou et plus efficace que Nicolas Sarkozy, l’Inde a décidé de taxer à 50% ses exportations de fer.

L’objectif est simple :

- Inciter à transformer le minerai sur place

- Inciter le pays à consommer ce minerai sur place

Or rappelez-vous, l’Inde est le troisième exportateur mondial de fer après l’Australie et le Brésil !

Conclusion : l’ère du minerai à bas coût est révolue.

En retirant du marché de larges quantités de minerai, le marché va obligatoirement se tendre. Les grands gagnants de ces mouvements devraient être les miniers géants qui règnent sur le marché du fer.

Les miniers dans les starting-blocks
Aucun minier ne semble être inquiet pour la demande à long terme pour le fer.

Tous ont investi des milliards ces derniers mois dans de nouvelles capacités. Ainsi Anglo American a consacré 1/5e de ses investissements pour développer des mines de fer. De même, BHP Billiton y a consacré 8,4 milliards de dollars. Rio Tinto a également largement investi dans des mines de fer récemment.

Un cas emblématique a été celui du golfe de Guinée. Cette région a reçu 10 milliards d’investissements de la part des leaders ces dernières années, comme Vale, BHP Billiton ou encore Chinalco. Les miniers se pressent dans cette région qui pourrait bientôt produire 10% du fer mondial.

Confiant dans le marché, la hausse de la demande et des prix devrait cependant profiter avant tout au leader incontesté du marché : Vale.

Après l’annonce indienne, la valeur a d’ailleurs bondi de plus de 10% ce lundi ! Matières à Profitsvous donne toutes les clefs pour investir sur cette valeur d’avenir.

Vale, un grand du fer
Au regard de ces données, un producteur comme Vale ne mérite pas le mauvais traitement que le marché lui a infligé.

Alors que la compagnie a doublé ses bénéfices en 2011, la valeur a perdu 30% depuis début 2011.

Surtout 2012 annonce une nouvelle ère pour le minier. Après de longues négociations, Vale a finalement réussi à faire débarquer sa nouvelle génération de barge extra-large, dites “ValeMax”, en Chine. Sa barge “Berge Everest” vient de livrer 350 000 tonnes de minerai de fer à la Chine ce lundi.

Ce mouvement va permettre à Vale de concurrencer l’Australie dans les exportations de fer à la Chine. Ces nouvelles barges vont notamment considérablement réduire ses coûts de transports.

Plus que jamais, le vent semble tourner pour le producteur.

Alors que la valeur vient de commencer à remonter, il est grand temps de monter à bord.

[NDLR : Investissez sur VALE en suivant les conseils de Florent Detroy dans Matières à Profits !En plus de bénéficier d’une analyse complète de la valeur, vous serez tenu au courant chaque semaine de son évolution pour en tirer le meilleur gain possible ! Florent vous fera découvrir bien d’autres opportunités comme celle qu’il vous présente dans son message spécial : à découvrir de toute urgence…]

Première parution dans l’Edito Matières Premières & Devises le 10/01/2012.

Jean-Louis pour Benji

in Les Moutons Enragés

Source: quotidienne-agora.fr

OGM : Wikileaks révèle les détails d’une offensive US visant l’Europe

De nouveaux câbles diplomatiques américains publiés par Wikileaks révèlent une offensive concertée – en lien étroit avec le gouvernement espagnol – allant jusqu’à des représailles, pour obtenir que l’UE revienne sur ses décisions concernant les OGM. Au premier rang des « coupables » la France était tout particulièrement ciblée. Les USA ont également déployé de nombreux efforts en direction du Vatican, espérant obtenir du Pape une déclaration publique en faveur des OGM. On découvre aussi dans ces documents que diplomates, gouvernement et dirigeants de Monsanto travaillaient main dans la main sur cet dossier jugé comme « stratégique » pour les USA.

OGM : Wikileaks révèle les détails d’une offensive US visant l’Europe dans Opinions arton3160

L’ambassade américaine à Paris a recommandé à Washington de déclencher une offensive de guerre commerciale contre tout pays de l’Union Européenne s’opposant à l’introduction des organismes génétiquement modifiés (OGM), révèlent de nouveaux câbles diplomatiques publiés par Wikileaks.

En réponse à la décision de la France d’interdire une variété de maïs OGM de Monsanto, fin 2007, l’ambassadeur, Craig Stapleton, ami et partenaire en affaires de l’ancien président américain George Bush, a demandé à Washington de pénaliser l’Union européenne et en particulier les pays qui n’approuvent pas l’utilisation des cultures OGM.

« L’équipe de Paris recommande que nous élaborions une liste de représailles ciblées, qui provoqueraient quelques douleurs à l’UE – puisqu’il s’agit d’une responsabilité collective – mais qui se focaliseraient également en partie sur les pires [sic] coupables.

« Cette liste devrait [inclure des propositions] qui soient mesurées plutôt que brutales et pouvant être durable sur le long terme, car nous ne devons pas nous attendre à une victoire rapide. En effectuant des représailles il sera clair que la voie suivie actuellement implique des coûts réels pour les intérêts européens, et cela pourrait aider à renforcer les voix européennes qui sont en faveur des biotechnologies », écrivait Stapleton, qui détenait en co-propriété avec Bush l’équipe baseball de Dallas / Fort Worth des Texas Rangers dans les années 1990.

Dans d’autres câbles récemment publiés, on apprend que des diplomates américains du monde entier ont promu les cultures OGM, vues comme un enjeu stratégique pour l’Amérique et son commerce extérieur.

De nombreux évêques catholiques dans les pays en développement étant farouchement opposés à ces cultures controversées, les Etats-Unis ont exercé des pressions visant tout spécialement les conseillers du pape.

Les câbles de l’ambassade américaine au Vatican montrent que les Etats-Unis estimaient que le pape était devenu globalement favorable aux cultures OGM, après une campagne d’intense lobbying sur les conseillers Saint-Siège, mais regrettaient toutefois qu’il n’ait pas encore déclaré publiquement son soutien. Le conseiller spécial sur les biotechnologies du Département d’Etat américain et des conseillers du gouvernement sur les biotechnologies ont fait pression pour convaincre des membres du Vatican de persuader le pape prendre position publiquement.

« Il existe des possibilités de faire avancer cette question avec le Vatican, et ensuite d’influencer un large part de la population en Europe et dans le monde en développement », indique un câble.

Ces câbles montrent également les diplomates américains travaillant directement pour des compagnies comme Monsanto. « En réponse aux récentes demandes urgentes de Josep Puxeu [ ministre espagnol chargé de l’agriculture ] et de Monsanto, le gouvernement américain a renouvelé son soutien à la position de l’Espagne [...] sur les biotechnologies agricoles par le biais d’intervention à haut niveau du gouvernement américain. »

Il ressort également que l’Espagne et les Etats-Unis ont travaillé en lien étroit pour persuader l’UE de ne pas renforcer les lois sur les OGM. Dans un câble de l’ambassade de Madrid, on lit : « Si l’Espagne tombe, le reste de l’Europe va suivre. »

Les câbles montrent que le gouvernement espagnol a non seulement demandé aux Etats-Unis de maintenir la pression sur Bruxelles mais que les Etats-Unis savaient à l’avance comment voterait l’Espagne, avant même que la Commission espagnole de biotechnologie ne l’ait indiqué.


Jean-Louis pour John Vidal

Publication originale Guardian, traduction Contre Info

« C’est indigne de reprocher à Nicolas Sarkozy d’aller dans une brasserie populaire ! »

Christian Estrosi, député-maire UMP de Nice, RFI, mardi 10 janvier 2012

C’est vrai, quoi ! Pour s’être fait une « cantoche » au Fouquet’s des Champs-Elysées, Nicolas Sarkozy serait taxé  pour l’éternité de goûts somptuaires. On reconnaît bien là ce mépris du peuple animant les empoisonneurs de l’esprit public. Les classes laborieuses  n’auraient pas le droit d’accéder à un lieu où le menu s’affiche à 78 euros minimum ( sans les vins) ? A eux seulement, les bouis-bouis avec plat du jour à 10 euros, pain compris ? On nage dans  l’ostracisme social. Et dans la mauvaise foi. De celle qui voudrait nous faire prendre un pédalo loué à Malte pour le yacht d’un milliardaire, ou la touchante rencontre d’un président esseulé et d’une immigrée italienne, intermittente du spectacle avec un enfant à charge, pour une romance jet-set. Et pendant qu’on y est, voilà le « bouclier fiscal » stigmatisé encore comme une mesure pour les riches,  par ceux qui n’ont pas idée de ce qu’est le sort d’un agriculteur smicard propriétaire de quelques hectares à l’Ile de Ré. Ne parlons même pas de ces familles méritantes qui peinent à entretenir le château des ancêtres, et dont les colonnes infernales du candidat Hollande sont résolues maintenant à sucrer le quotient familial. Qui dira ce qu’il en coûtera d’une augmentation de la TVA sur la vente des Rolex ? Bien plus qu’un point sur le prix de la baguette. Et pourquoi pas, demain, imposer à tous un salaire de « minable » à 5000 euros par mois ? Ca nous pend au nez. Debout les gavés de la terre !
Jean-Louis pour Jean-Michel Helvig

Le Fouquet’s, brasserie populaire ? Les réponses des députés

« C’est indigne de reprocher au président de la République d’être allé dans une brasserie populaire des Champs-Elysées » le soir de sa victoire à la présidentielle de 2007. Les propos de Christian Estrosi, tenus sur RFI mardi soir et ressortis par Europe 1 ce mercredi matin, ont étonné ou choqué.

Rue89 a donc posé « la question qui tue » aux députés présents à l’Assemblée pour la séance de questions au gouvernement : selon eux, le Fouquet’s est-il une « brasserie populaire » ?

Les réponses ont été plutôt embarrassées à droite, et plutôt goguenardes à gauche : Bernard Debré a défendu l’honneur de cet établissement prestigieux, Alain Vidalis a tenté de s’y faire inviter à déjeuner, Christian Jacob a fait « pfff… » et Henri Emmanuelli a froncé très fort les sourcils.

Signalons qu’après que plusieurs sites ont relayé sa bourde, Estrosi a tenté un rétropédalage en forme de leçon de français sur Twitter  :

« Pour tous ceux qui ne le savent pas encore, “populaire” est synonyme de célèbre. »

Ce qui a beaucoup amusé les « twittos », qui ont aussi ironisé sur les contorsions sémantiques du député-maire de Nice, s’amusant à remplacer « populaire » par « célèbre » dans toute une série d’expressions : « les Jeunes célèbres », « le secours célèbre », « le plan épargne célèbre ».

Jean-Louis pour Yann Guégan

in Rue89

 

HOLLANDE, BOURREAU D’ENFANTS

Enfin, un débat. Un vrai. Les matins se suivent, et ne se ressemblent pas. Le débat sur la suppression du quotient familial, dont je redoutais hier matin qu’il soit éclipsé par quelques diversions délicieuses, s’est imposé comme co-feuilleton du jour (avec l’offre Free, évidemment) dans les heures suivantes. Et quel débat ! Comme au bon vieux temps, celui d’avant 1981, quand la droite promettait, en cas de victoire de Mitterrand allié aux communistes, les chars russes place de la Concorde. Cette fois, c’est la famille, qui est victime des ogres rouges. Pardon, la Famille (majuscule). Mieux: la Fhhâââmille. Aveugles que nous étions. Nous n’avions pas assez vu, en Hollande, un pernicieux adversaire de la Fhhâââmille. Nous n’avions pas vu, caché dans le dos de Sapin, le grand couteau du boucher assassin des trois petits enfants qui s’en allaient glâner aux champs. Et les canines du vampire Moscovici. Et la rhétorique vicieuse du pervers Cahuzac.

Heureusement, la droite était là, pour dénoncer, la  »folie », les « conséquences dramatiques », le « coup de massue », etc d’une suppression du quotient familial. Pensez donc: une réforme à laquelle gagneraient les ménages dont le revenu est inférieur à trois fois le SMIC, et à laquelle perdraient (un peu ou beaucoup) les autres, quelle « folie », en effet ! On est heureux que la droite l’ait, jusqu’à maintenant, épargnée à la France. Sois sage et dors bien, sinon le Grand Méchant Hollande viendra te chercher.

Les choses rentrant dans l’ordre, l’Ogre a mis ses grandes bottes en mode marche arrière dans l’après-midi. Donc, le quotient familial, on ne le supprime plus. On le « modulera ». Comment ? Mystère. Modulons, modulons. Quand je dis « marche arrière », ce n’est pas forcément exact. D’une étude approfondie des textes sacrés (discours des primaires, projet, pré-projet, avant-projet, préface et avant-propos des socialistes, sans oublier les notes de bas de page), mes meilleurs confrères n’ont pu déterrer aucun projet de « suppression » explicite du quotient familial. Tout au plus Jérôme Cahuzac avait-il parlé de « remplacement » du quotient familial, par un crédit d’impôt. Si remplacement il y a, il y a bien suppression du remplacé au bénéfice du remplaçant, docteur ? Toujours est-il que le flou hollandien, dans cette affaire, a bien prêté le flanc à une offensive au bazooka de la droite, contre un des rares projets de gauche, jusqu’à présent mis en avant par le PS. C’est inquiétant pour la suite.

Jean-Louis pour Daniel Schneidermann

in @rrêt sur images

TVA sociale. Bâcler avant la débâcle

Hormis un zèle métronomique à enfiler les taxes — et, au passage, le contribuable — depuis cinq ans, on peut se demander ce qu’il y a de plus indécent, de l’ardeur mise à dévoyer ces nouveaux impôts ou de la fourberie déployée afin de les justifier. Dernière effervescence en date, au gouvernement de la queue qui remue le chien : la bannière de l’impôt « éthique » et « courageux », sous laquelle, à l’instigation d’Henri Guaino — l’homme qui murmure à l’oreille du Président — on vient de ranger, pêle-mêle, la TVA sociale et la taxe sur les transactions financières.

TVA sociale. Bâcler avant la débâcle dans Opinions masque-plume-02-78d88

N’étant pas opposé, sur le principe, à la taxe Tobin et au financement d’une partie de la politique familiale autrement que par les charges sur le travail, un instant, je me suis dit qu’au fond… mieux valait tard que jamais… que ce gouvernement pouvait aussi aller dans le bon sens… Parfois… Et Patati… Et Patala… Et Patatras !

Tout d’abord, sur la forme, je trouve pitoyable de justifier la création d’un nouvel impôt par les concepts de « courage », de « morale » ou d’« éthique », comme vient de le faire un Nicolas Sarkozy qui dispute au coq Français le joyeux privilège d’être le seul animal qui réussisse à chanter les deux pieds dans le guano. Henri s’entend, homme de symboles, plume et grand chambellan d’une dramaturgie élyséenne qui ne craint pas de tutoyer les prodiges hyperboliques quitte à se prendre, de temps à autres, les pieds dans le tapis de l’Absolu. Le même Henri Guaino qui pour se justifier d’avoir passé ses vacances de Noël 2011 en Lybie avait asséné (lien ci-dessous) « Ces vacances-là, j’aurais pu aussi bien les passer à Damas ou à Alger », — et pourquoi pas en Corée du Nord, sacré Henri ? — faisant preuve au passage d’une perspicacité qui le vouerait davantage au goudron qu’à la plume. Voire, pour celui qui se revendique comme la « colonne vertébrale idéologique de Nicolas Sarkozy », d’une vision politique assez acérée pour lui garantir, au choix, la huitième paire à l’œil chez Afflelou ou la monture gratuite d’Adriana Karembeu chez son concurrent — quand bien même j’émettrais de sérieux doutes sur la validité de cette dernière réclame.
Y a-t-il des justifications éthiques à l’impôt ? Je laisse ce sujet du bac à la sagacité de Riton l’Ancien. Ce que je sais, c’est que, depuis taille et gabelle jusqu’à aujourd’hui, l’impôt ne participe pas plus de la démarche « courageuse » d’un Etat — qui l’impose au travers d’un acte pur et simple d’autorité — que de celle, volontaire, du couillon qui doit s’en acquitter. Arrêtez, messieurs, de nous prendre pour des jambons.
Je veux bien passer sur la danse du ventre effrénée de notre Président en l’honneur du G16*, les véritables maîtres du monde, et ranger cette frénésie de taxes et de transes au compte des efforts entrepris pour repousser la perte d’un triple A, jugée catastrophique à quelques mois de l’échéance électorale. Ce même triple A dont on se soucierait autant que d’un slip de DSK à l’arrivée du marathon de New York, s’il n’avait imprudemment été érigé en sainte relique — le triple A, s’entend — et pseudo-caution de la gestion d’une équipe dirigeante pour qui il est devenu ce que le gri-gri est au marabout, et le quintuple A à l’andouillette. Symbole, quand tu nous tiens… N’est-ce pas Henri ?
Reste que j’ai du mal à entrevoir le côté « moral » de cette augmentation de TVA piteusement baptisée « sociale ». Certains iraient-ils jusqu’à vanter une forme de justice sociale, quand on augmente la TVA, impôt « égalitaire » s’il en est — au sens où pas un d’entre nous n’y coupe — plutôt que l’ISF ou l’impôt sur le revenu, auxquels ces enfoirés de pauvres échappent ? J’ai du louper une marche dans les symboles. Mais je ne demande qu’à comprendre… N’est-ce pas Henri ?
Quant à la réduction des charges sociales qui viendrait « compenser » cette hausse de TVA, de quoi parle-t-on ? L’Elysée a laissé filtrer que « la réforme se concentrerait sur un abaissement des charges patronales uniquement, en partie compensé par une hausse de la TVA ». C’est-à-dire : Pour l’Etat, une augmentation des recettes fiscales. Pour l’entreprise, une compensation partielle qui permettra donc, au mieux, de baisser un peu les prix, mais pas autant que l’augmentation de TVA, voire de ne pas les baisser du tout et de profiter du cadeau pour reconstituer des marges mises à mal par la crise (bis-repetita de la baisse de la TVA sur la restauration). Quant au consommateur, pour lui c’est réglé : il aura droit à une hausse des prix, sans hausse de salaire. Un bel exemple de justice sociale, en somme, et qui fait tiquer quelques députés UMP, dont Bruno Le Maire ou Gilles Carrez, vite recadrés par un François Fillon très énervé qui leur a lancé « Ce n’est pas le moment d’étaler ses interrogations, a-t-il lancé, des questions, nous en avons tous, mais il n’est pas opportun d’en faire part. ». Démocratie, quand tu nous tiens….
Au moment où l’observatoire des prix indique que le « panier des ménages » a augmenté de 4.4% en 2011, remettre une couche de TVA, à la va-vite, sans en mesurer les implications, les risques, sans concertation, risque simplement de nous pourrir la vie un peu plus, et sans contrepartie. Prions pour que nos maestros de la volte-face et du triple Lutz réunis reviennent sur cette turlupinade.
Reste la taxe sur les transactions financières, qui est à la taxe Tobin, ce que le gros-qui-tache est à la Romanée Conti, ou la taupinière à l’Annapurna. Rassurez-vous, il ne s’agit pas de s’en prendre, comme le proposait le sénateur Tobin, aux transactions sur les marchés monétaires et encore moins à celles abracadabrantesques du club du G16*. Ouf ! On ne va taxer que les actions et les obligations en France, en gros, un nouvel impôt de bourse que les banques s’empresseront de refacturer à l’épargnant, le cas échéant après avoir migré leurs opérations sous des cieux plus cléments où cette taxe ne s’applique pas. Chapeau bas !
Le courage, messieurs, aurait été — et depuis 2008 — de se concerter entre états pour tenter de canaliser le G16 dans une voie plus raisonnable, et contrôler les transactions. Au lieu de ça, on va ponctionner Madame Michu. Don Quichotte partait en guerre contre les moulins de la Galette. Il allait ébranler Goldman Sachs jusqu’à la lune… finalement il ne chiffonnera que la veuve de Carpentras. Sauf à faire crever la finance internationale d’apoplexie de rire — un but bien aléatoire connaissant l’humour qui caractérise cette profession — je ne vois pas très bien l’intérêt de cette farce qui trouverait sa place au hit-parade des velléités, quelque part entre « On va voir qui c’est Raoul » et « Retenez-moi où je fais un malheur ». Cela me semble participer d’une tentative aussi saugrenue que celle qui consiste à vouloir faire subir les derniers outrages à une mouche en plein vol, une fredaine de plus à remiser dans le grenier d’une Haute Autorité aux Vœux Pieux et Idées Vaines, au côté de la régularisation du téléchargement sur Internet, et en attendant la rétention de l’océan entre les doigts, et l’enfilage du chameau par le chas de l’aiguille.
A chaque jour suffit sa taxe. Il est libre, Nicolas, y en a même qui disent qu’ils l’ont vu voler – ou nous dépouiller, c’est selon. Ah ! je suis méchant. Et véhément. C’est vrai ! Ne m’en veuillez pas, Henri, au fond, tout ceci n’est qu’un pamphlet, ma façon assez romantique de dire ce que j’ai sur le cœur, de travestir une forme d’anxiété hallucinatoire qui me prend quand je vois notre Président se démener comme un diablotin dans l’eau bénite. A quand une taxe sur l’air que nous respirons ? Un impôt sur le clair de lune, l’étoile du berger et les anneaux de Saturne ? Une TVA sentimentale ? Mais gare, car trop d’impôt tue l’impôt, et à ce rythme on va bientôt tordre les pierres pour en extraire l’eau.
henri-guaino-002-79a2c dans OpinionsRendu à la conclusion de ce perfide billet, je ne puis partir sans vous adresser, Henri, ma profonde admiration, vous qui êtes passé maître dans l’art d’enfiler les perles, à la manière dont votre maître enfile les taxes. J’adore votre keynésianisme, vos envolées, ce lyrisme si particulier que vous mettez à nous convaincre. Ah ! Qu’il doit être soyeux et pénétrant de consolation pour le chômeur ou le retraité qui voit fondre son pouvoir d’achat, de caresser avec vous ces admirables concepts de justice, de morale, ou encore de courage. Voyage au bout de l’éthique ! Croyez bien que je suis votre premier groupie, et que je ne manquerai aucune de vos prochaines apparitions télévisées, tant elles promettent d’être plus croustillantes que mes ternes soirées passées à regarder « Joséphine Ange Gardien » au foyer du club des Chiffres et des Lettres de La Bourboule, où je coule des jours paisibles — en attendant que vos séides viennent m’y trancher la gorge. D’ici là, je demeure votre bien ponctionné serviteur, et vous souhaite bon courage — le vrai, celui-là. Et bâclez bien avant la débâcle.
Compléments et Sources :
* G16 : c’est ainsi que se sont baptisées 14 banques (Bank of America-Merrill Lynch, Barclays Capital, BNP Paribas, Citigroup, Credit Suisse, Deutsche Bank, Goldman Sachs, HSBC, JP Morgan, Morgan Stanley, The Royal Bank of Scotland Group, Société Générale, UBS, Wells Fargo Bank), auxquelles viennent de s’adjoindre Nomura et le Crédit Agricole. Le G16 contrôle 82% des transactions dites OTC (Over The Counter ou Gré à Gré) sur le marché des produits dérivés, dont l’encours s’élevait à 708 000 milliards de dollars en 2011, soit près de 12 fois les 60 000 milliards du PIB mondial. Ni la volonté des Etats-Unis, ni les amendes colossales, ni même la déroute de certains ex-membres, n’ont jusqu’ici pu entamer ce monopole.
Statistiques de la Banque des Règlements Internationaux (BRI) et analyse du marché des dérivés OTC datés du 16 novembre 2011.
Le Monde : Les vacances de Monsieur Guaino (voir dernière ligne de l’article).
Jean-Louis pour Argo

Sarkozy, cet incompétent et arnaqueur qui se prend pour Tobin des bois et prend les Français pour des cons

Sarkozy veut mettre en place la taxe Tobin en France. J’ai comme l’impression d’un flottement soudain et me voilà en lévitation gnoséologique à m’interroger sur l’état intellectuel de nos gouvernants ainsi que sur les compétences de la gent médiatique à présenter et critiquer cette annonce. Taxe Tobin ? Qui sait vraiment ce que c’est ? Ce n’est même pas une taxe sur les transactions financières en général. Mais dans les esprits elle l’est devenue parce qu’un mouvement en quête de sigle percutant s’est autoproclamée Attac, association pour la taxe sur les transitions financières. Et s’est réclamée de l’économiste Tobin qui reçut le Nobel pour avoir théorisé cette fameuse taxe dont tout le monde parle, sauf que cette taxe ne concerne pas les transactions financières dans leur ensemble mais uniquement les échanges de monnaies. C’est donc une première falsification à laquelle s’ajoute une seconde tromperie, celle de faire passer Tobin pour un abbé Pierre de la finance, ce qui est complètement faux puisque la taxe qu’il a inventée avait pour finalité de contenir d’éventuelles fluctuations dans les parités monétaires.

Rappelons le contexte. C’était en 1971. Le système de l’étalon or était liquidé au profit du système des changes flottants. En économiste très réactif, Tobin anticipa d’éventuels désordres consécutifs à cette nouvelle donne monétaire. La monnaie nationale devenait plus volatile, liquide, car elle n’était plus adossée à la solidité éternelle de l’or métallique. Tobin était préoccupé de cette nouvelle situation, envisageant deux possibilités pour éviter le désordre, soit une monnaie commune mondiale, assortie d’une convergence économique et d’une harmonisation fiscale. Génial utopiste que ce Tobin ! Ou alors une segmentation économique et monétaire offrant aux banques centrales les libéralités pour intervenir et soutenir leurs zones respectives. Le Tobin qui était un idéaliste préférait la première solution mais le Tobin qui était réaliste savait pertinemment que la seconde serait appliquée par les nations. Et comme cette option était susceptible d’engendrer des fluctuations d’envergure liées à la puissance du marché des changes, il avait imaginé de placer un grain de sable dans la machine. C’était la fameuse taxe Tobin qui plus de deux décennies plus tard, allait être détournée de sa finalité dans les années 1990 par ce mouvement anti puis alter mondialiste baptisé Attac. Bien évidemment, c’était une escroquerie intellectuelle habilement propagée par les activistes d’Attac. Voilà la première phase de cette histoire. Je mets en lien la notice Wiki rédigée en anglais, ayant un peu honte de l’indigence de la notice écrite en langue française

Ce qui maintenant paraît inattendu, c’est la conversion progressive du président Sarkozy qui a même décidé d’imposer unilatéralement cette taxe. On notera au passage, pour portraiturer le président, cette volatilité dans le jugement. On l’a constaté avec Kadhafi, reçu à l’Elysée avec les honneurs puis pilonné et assassiné avec l’appui des forces de frappe française trois ans plus tard. En 1999, Sarkozy jugeait la taxe Tobin stupide et contreproductive et en 2012, il veut l’imposer de force alors que le système financier n’a pas varié d’un pouce mais s’est juste déstabilisé et pas par la faute des monnaies. Sarkozy est capable de tout, de récupérer la figure de Jaurès ou bien de s’inspirer des inepties économiques d’un mouvement Attac constitué de militants bureaucrates névrosés et arrivistes prêts à tromper les populations pour une bonne cause. Alors Sarkozy se lance, pour une taxation dont on se demande bien comment elle pourra être appliquée. Ce faisant, il n’hésite pas à transgresser le principe communautaire, quitte à se fâcher avec ses partenaires européens à qui il adresse ce message crypté : vous êtes des pleutres et des billes, alors que moi, j’avance et sur le pont d’Arcole, je vaincrai ces démons de la finance en leur infligeant une défaite morale et fiscale ! Les mauvaises langues évoqueront une hitlérisation de Sarkozy, ce qui psychologiquement peut être défendu avec quelques risques, mais pas historiquement. Sarkozy ne doit sa puissance qu’à la soumission des pleutres députés qui le suivent en croyant qu’ils pourront sauver leur maroquin. Au final ils perdront leur mandat et leur honneur. Espérons néanmoins qu’ils ne voterons pas les dernières mesures voulues par Sarkozy et imposées avec son tempérament intempestif et fébrile.

Si incompétence et tromperie il y a, elle est bien du côté de Sarkozy et de la voix de son maître qui répète ses inepties, le ministre François Baroin. La confusion est telle que même les médias ne savent plus ce dont il s’agit, imaginant d’éventuelles taxations sur des échanges de produits financiers que par exemple la société Euroclear gère. Or, ces échanges concernent des obligations et des titres de fondations d’investissement et donc, des produits qui, s’ils sont financiers, ne relèvent aucunement de la taxe Tobin qui, si elle devait être appliquée, le serait sur le Forex, le marché où s’échangent des devises. Et là, ça devient du n’importe quoi car on n’imagine pas que le Forex insère dans son logiciel d’échange cette taxe Tobin sur injonction de la France. Et c’est doublement du n’importe quoi puisque sur le plan moral, Sarkozy justifie cette taxe en accusant les marchés d’être responsables de la crise, or, le Forex n’est pour rien dans la crise et a même fonctionné correctement en maintenant l’euro à une parité assez « sympathique ». La taxe Tobin est donc une supercherie encore plus flagrante que la TVA sociale. Les responsables de la crise, ce sont les banques avec les subprimes et les Etats avec leurs gouvernants irresponsables qui ont endetté leurs contribuables. S’il fallait taxer les responsables, alors il faudrait ponctionner les banques, lever un impôt moral sur ses patrons et ses cadres supérieurs, ainsi qu’un autre impôt moral sur les revenus des gouvernants et des hauts fonctionnaires du régime.

La charge est sévère contre le président et par souci d’équité, je ferai aussi une remarque sur la tactique de François Hollande qui me paraît assez fine vu qu’il a parfaitement perçu le flou inhérent à ce projet de taxation dans lequel s’est fourvoyé Sarkozy. Hélas, Hollande ne prend pas assez ses distances avec cette « arnaque Tobin ». Comme si afficher sa volonté de taxer les transactions financières était un instrument politique conçu comme une adhésion à une croyance que doivent exprimer les gouvernants, comme en d’autres temps, les empereurs romains affichaient publiquement leur religion.

Jean-Louis pour Bernard Dugué

son site

Sarkozy : de l’explosif ! ses comptes de campagne de 2007 vont être saisis !

Ces derniers temps je fais quelques brèves car elles valent par leur contenu. Le simple fait de la nouvelle vaut en soit quelques cacahuètes. Sud Ouest vient de l’annoncer : les comptes de campagne de 2007 de Nicolas Sarkozy vont être saisis !

Sarkozy : de l’explosif ! ses comptes de campagne de 2007 vont être saisis ! dans Opinions h-4-1912405-1264712007-3-22879

Nous savons que la justice est longue et lente, qu’elle est pire que la route du Paradis pavée non de bonnes intentions mais de bonnes grosses embûches. Voilà une victime collatérale de l’affaire Woerth. En fait Woerth est un effet collatéral de la clique de Neuilly.

Sud-Ouest : Les comptes de campagne pour l’élection présidentielle de 2007 de Nicolas Sarkozy font désormais l’objet d’une réquisition judiciaire.

Cela vient de l’affaire Bettencourt dans laquelle Claire Thibout a affirmé que Nicolas Sarkozy avait sans doute touché des enveloppes kraft de René, le financeur des partis, le milliardaires de L’Oréal. Mais surtout elle a affirmé que Maistre lui avait demandé des picaillons pour donner à Woerth en pleine période électorale de 2007. Juste 150 000 € ! Il y a ses dires, mais il y a aussi les relevés bancaires et surtout les trois agendas qui confirment la date de possible remise de fonds à Maistre puis le RDV de Maistre avec le trésorier (agenda de Claire Thibout) et la confirmation de ce rendez-vous sur les deux agendas de Woerth et Maistre. Pour Woerth vous avez ici toute ses petites affaires : Les petites affaires de l’Immaculé Eric

Précisions de Soud Ouest : Depuis près d’un an le juge Jean-Michel Gentil mène des investigations tous azimuts ayant notamment conduit avant Noël à la mise en examen de François-Marie Banier et du gestionnaire de fortune Patrice de Maistre.

Mais le nom d’Eric Woerth, ancien président de l’association de financement de la campagne de Nicolas Sarkozy et trésorier démissionnaire de l’UMP (chargé de récolter des dons) est également abondamment cité depuis le début de l’affaire, notamment par la comptable Claire Thibout qui avait affirmé avoir assisté à des remises d’enveloppes contenant de l’argent liquide au maire de Chantilly au sein de la maison Bettencourt.

L’ex-ministre du Budget pourrait par ailleurs être prochainement entendu par les juges.

Il serait très étonnant que la justice aille assez vite pour que cette bombe thermonucléaire, d »un calibre quelque peu supérieur à celui de la Boutin et ses menaces en carton pâte ou plutôt son minable petit chantage, explose avant le premier tour mais j’espère bien que les rayons ionisants qui s’en échappent cuisent un peu le derrière du présidât ou du candirent Sarkozy qui use de toutes les ficelles, de tous les mensonges, de toutes les pirouettes de dernières minutes pour espérer arriver au second tour, et qui a un lot de casseroles à réjouir Seb (produisons et achetons français).

Allez, un peu d’effort et il sera écrabouillé au premier tour et ensuite espérons que la justice passera et repassera. Un grand coup de Kärcher pour tous les Guéant, Hortefeux, Santini, Takiedine, Gaubert, Bazire, sa suffisance jevousdemandedevousarrêter, Donnedieu de Vabres, Léotard et leur chef à tous Nicolas Sarkozy.

 

Il nous reste un peu moins de quatre mois pour nous débarrasser de ce pouvoir. Faisons notre Révolution en 2012, et avant si possible.
 - – - – - – - – - – - – - – - – - – - – - – - – - – - – - – - – - – - – - – - – - – - – - – - – - – - – - – - – - – - -
Si vous êtes intéressés par les textes ci-dessous, vous pouvez les retrouver en cliquant sur les liens et ce totalement gratuitement car il est hors de question que je touche un Kopek sur le dos de la Sarkozye qui, étant le règne du bling bling et de l’argent roi et corrupteur, sera combattue par son contraire : la gratuité (ou en compensation faire un don à Agoravox ou vous abonnez à Médiapart). Pour simple information, si vous êtes sur iPhone ou iPad, sans flash, en haut de la page dans le bandeau vous pouvez télécharger les textes en pdf, et pour tous les diffuser le plus possible autour de vous. Pour le télécharger il y a un onglet sous le texte. Il faut vous inscrire à Issuu ce qui permet aussi de télécharger tous les textes nombreux et intéressants de ce site. Sinon vous pouvez toujours vous désinscrire ensuite. Si tout cela vous gêne je pourrais vous les envoyer par e-mail (imhotep.forumlogos@free.fr). Le texte sur Woerth est régulièrement mis à jour (aujourd’hui 20é version du 6 décembre 2011) :

 N’oublions jamais :

  • l’affaire Karachi
  • l’affaire Takieddine (patrimoine de 40 m€ non imposé, Karachigate, SAWARI II, MIKSA (350 millions d’euros), contrats avec la Libye notamment d’espionnage de la population avec l’appui d’une entreprise française et commissions occultes, tractations obscures avec la Syrie, la protection qu’il a ou a, eu selon Mediapart, de la DGSE
  • l’affaire GDF
  • l’affaire Tapie, enrichie d’évasion fiscale du magot vers la Belgique
  • l’affaire Clearstream
  • l’affaire Bettencourt
  • les affaires Wildenstein
  • l’affaire César
  • l’affaire Pleyel
  • l’affaire de Compiègne
  • l’affaire Peugeot
  • l’affaire Abdallah Senoussi, bras droit de Kadhafi, patron des services spéciaux libyens et beau-frère de Kadhafi, condamné à une peine de perpétuité en France dans l’affaire de l’attentat contre le DC10 d’UTA et visé depuis lors par un mandat d’arrêt international., que Guéant et Sarkozy ont tenté de protéger
  • les affaires Djourhi, Takieddine
  • les possibles malettes de Bongo pour financer la campagne de 2007
  • les micros partis de Copé, Wauquiez, Woerth, Sarkozy etc.
  • l’affaire du Fetia Api
  • les discours de Caen, Metz, Nice, du bois de Boulogne, Dakar, Riyad, Latran et du Puy en Velay, la lettre de Guy Môquet, le parrainage d’un enfant de la Shoa, sur la mort de Ben Laden
  • l’invitation des dictateurs pour le 14 juillet, celle de Kadhafi avec les ors, le tapis rouge, les petits plats dans les grands, celle d’El Assad en décembre 2010, le copinage avec Dos Santos, les silences sur le Tibet, le Darfour, le prix Nobel de la paix, la présence l’ouverture des JO de Pékin et le fils Louis dans les bras de Poutine
  • les fils Pierre et Jean invités dans les voyages officiels à l’étranger (Mexique, Maroc) alors qu’ils ne représentent aucun intérêt pour le bien de la nation.
  • la gestion catastrophique de la crise Géorgienne (le Russes y sont encore et ont implanté des bases de missiles), celle de la crise financière, celle de l’Europe, celle des révolutions tunisienne et égyptienne, le fiasco libyen, l’inaction en Syrie
  • l’affaire de la Jatte, du Fouquet’s payé par Desmarais, du Paloma payé par Bolloré, de la villa mexicaine, de Wolfeboro payé par les dirigeants de Prada et Tiffany, des repas au Bristol 2 fois par semaine, du voyage en Egypte, celle du stylo …
  • l’affaire Pérol
  • l’affaire de l’Epad (et du scooter)
  • Gandrange
  • les vaccins du virus H1N1
  • les accords entre l’UMP et le Parti Communiste Chinois, l’UMP et la mairie de Paris pour payer les frasques de Chirac, l’envoi par l’UMP des bulletins d’adhésion aux restaurateurs dans la période de la baisse de la TVA à 5,5 %
  • les affaires Yade, Boutin, Copé, Juppé, Joyandet, Bertrand, Blanc, Estrosi, Lefebvre, Santini, Proglio, Amara, Laporte, Péchenard, Mitterrand, Ouart, Solly, Soubie, Richard, Fillon, Squarcini, Marleix, Charon, Longuet, Bachelot, Mignon, Morano, Giacometti, Besson, Courroye,Tron, Laroque (Baroin), Guéant (contrats avec la Libye), Dupuydauby, Fontaine, Ceccaldi Raynaud, fils Tibéri …
  • l’utilisation du contre-espionnage pour des affaires privées
  • l’utilisation de l’Elysée pour recevoir les caciques de l’UMP et les satellites jusqu’à plusieurs fois par semaine, l’utilisation des moyens de l’Etat pour la propagande et pour préparer et faire la campagne du candidat Sarkozy, la proposition de Sarkozy à Lauvergeon d’une prime de 2 ans de salaires comme si Aréva lui appartenait et qu’il sortait l’argent de sa poche
  • les légions d’honneur (Servier, Widenstein, Desmarais, Frère, Maistre, Bourgi, Richard, Peugeot etc.)
  • l’Air Sarko One (250 millions d’euros dont 50 % de dépassement selon René Dosière) et ses deux fours à plus de 131 000 € (TTC et avec l’étude), le cocktail de New York à 400 000 euros, le dîner pour l’UPM à 1 million d’euros, les 4 X 4 Nissan de Megève
  • la proposition de loi sur la déchéance de la nationalité française et son extension, et le débat sur la nationalité, le fichier EDVIGE, Wauquiez et son cancer de la société, le RSA
  • l’affaire de la rémunération illégale de septembre au 31 décembre 2007 (rémunération comme ministre de l’intérieur alors que Nicolas Sarkozy est président), l’augmentation stratosphérique, le divorce, le mariage, l’inscription hors délai sur les listes électorales, la déclaration des impôts en retard, le tout illégal ou non pénalisé
  • la circulaire Hortefeux, ses amitiés avec Takieddine, ses déclarations d’Auvergnat, celles de Guéant dont celles répétées sur l’échec scolaire des enfants d’immigrés, l’autre récidiviste, celles de Guaino (béatification, prison, etc.)
  • la nomination à la têtes des chaînes audio et vidéo publiques par le pouvoir
  • la réforme constitutionnelle
  • les ministres aussi maires ou élus, le mélange des genres, la non séparation de l’exécutif et du législatif avec le retour sans élection des députés virés du pouvoir 
  • l’irresponsabilité pénale du Président de la république
  • la position d’Hortefeux dans la condamnation des 7 policiers, et ses deux condamnations à lui
  • l’affaire des sondages
  • les classements du parquet
  • le site France.fr (des millions d’euros pour rien)
  • les évictions des préfets pour crimes de lèse-pelouse ou de sifflets
  • la paralysie des villes et les moyens de quasi guerre (2 000 CRS pour 600 habitants par exemple) au coût pharaonique pour les déplacements du président
  • l’affaire de l’espionnage des journalistes par le contrespionnage
  • l’affaire de la validation des comptes de campagne de Balladur et de Chirac
  • la scientologie
  • l’affaire Servier dont Nicolas Sarkozy a été l’avocat. Coût 1,2 milliards à la Sécurité Sociale en plus des morts.
  • l’affaire Bongo
  • la proposition de MAM d’aide à Ben Ali et son pouvoir pendant la révolte tunisienne, les lacrymos et son voyage entre Noël et le jour de l’an et ses quatre mensonges fondamentaux, les petites affaires des parents, et Ollier (ses amitiés libyennes en plus), l’utilisation de la Libye et du Japon par Nicolas Sarkozy pour raison électorale
  • les vacances de Fillon payées par Moubarak dont la clique a détourné plus de 45 milliards de $ et dont 3 ministres ont été arrêtés pour corruption et détournement de fonds publics, et sa justification, celles Sarkozy au Maroc. Et la Ferrari prêtée en 2009 en pleine crise à Fillon, ses voyages à 27 000 € pour retourner en Sarthe alors que le train met 1h20

Vignette Wikipédia

Jean-Louis pour Imhotep

in Agoravox

Serment Spartacus 2012

Naissance du Réseau Français pour une Nouvelle République

L’oligarchie – bilderberg and co. – est démasquée. L’escroquerie monétaire est éventée. Même si on n’est pas d’accord sur tout, des films comme THRIVEAddendumZeitgeist, et d’autres, montrent que la crise a évoluée au point d’atteindre le seuil d’une prise de conscience globale.

Une nouvelle civilisation est en train de naître en occident. 

Serment Spartacus 2012 dans Opinions spartacus-2-5a011

Nous en avons assez d’être considéré par l’oligarchie – banquiers, technocrates et politiques – comme du bétail et des abrutis.

Nous avons compris l’immense escroquerie dont nous sommes victimes – le système monétaire à réserves fractionnaires.

Nous sommes conscient du potentiel de l’immense richesse de notre société technicienne et de la vulnérabilité de notre patrimoine naturel.

Nous refusons tout discours médiatique qui tenterait de nous faire croire à la nécessité de l’austérité pour se sortir de la crise.

Nous refusons de nous faire manipuler par les dominants et de nous battre tous contre tous pour être esclaves.

Nous rejetons le bonheur artificiel vendu par la télévision – le bonheur n’est pas dans la consommation.

Nous choisissons de consommer un minimum.

Nous exigeons un dividende sur la richesse nationale – un dividende citoyen.

Un droit au logement avec une gratuité des services de bases (une ligne connecté sur le net, un minimum d’eau et d’électricité …).

Plus vous prenez du recul et observez l’étendue de ce que nous pourrions techniquement fournir à la population humaine, de mettre fin aux guerres, d’éradiquer la famine, d’éradiquer la pauvreté, d’éradiquer 95 % des crimes qui, soit dit en passant, sont liés à l’argent, plus vous réalisez que nous pourrions adopter une approche entièrement nouvelle.

On reconnaît avant tout les véritables esclaves, non pas aux chaînes, mais à la force et l’énergie qu’ils procurent à protéger leurs maîtres. Le citoyen n’a depuis longtemps plus besoin de chaînes, entant qu’esclave n’ayant pas conscience de son état. L’occidental est un esclave qui s’ignore, qui ignore le moyen de contrôle qu’exerce l’argent sur lui et le monde et vit dans l’illusion qu’il est libre et protégé par des acquis et des droits.

Si tous les dirigeants de nos sociétés : les cartels bancaires, les politiciens, les groupes de patrons et exécutifs d’entreprises, les propriétaires de la presse et télévision, peuvent dominer nos esprits et nos vies, ils seront assurés de maintenir leur pouvoir et leur emprise. Et ils n’auront nul besoin de soldats patrouillant dans les rues. Le contrôle sur nous-même sera directement maintenu par nous-même !

L’avenir qui se joue en ce moment nous dira si la cause « humaine » mérite qu’il y ait une mobilisation d’ampleur, et si l’indignation au vu d’un monde effondré dans le chaos total réunira plus de monde qu’une vaine coupe de championnat, ou que le mariage des nobles princes de ce monde. Il n’est laissé aucun répit, la terrible donne qui est nôtre, quoi qu’on en dise, n’invite pas au replis et la résignation. La réalité de nos vies ne trouve de sens qu’au travers de la conscience de chacun. Quels humains prétendons-nous être, si nous demeurons infantilisé et n’en sommes qu’a nous demander d’être conforme, passif et effacé du tableau ? En quoi espérerions-nous changer le fond de nos pensées et de notre horizon, si l’on accepte encore de les travestir pour correspondre à une norme et à cet avenir ?

 Vidéos à voir pour mieux comprire bien !

Inside job de Charles Ferguson ST Fr

L’Argent d’Isaac Isitan

Les Milliardaires vous remercient d’être aussi con !

LE MOMENT EST VENU ! Message du Mouvement « Occupy Wall…

L’argent Dette (2010) Paul Grignon

L’Argent Dette 2 – la mafia Rothschild de Paul Grignon

Un cours de langue de bois – Franck Lepage

Des citoyens Américains expliquent pourquoi le monde déteste les Etats-Unis

10 stratégies de Manipulation des masses – Noam Chomsky

Danger Travail de Pierre Carles

Les camps de détention de la FEMA officialisés

Les Bilderbergers prennent le contrôle de l’Europe

Prêt à jeter – Obsolescence Programmée

Quelques films supplémentaires :

John Perkins. Les confessions d’un ex-assassin financier, d’un corrupteur de nations. L’histoire secrète de l’empire américain.

FALL OF THE REPUBLIC – sous-titré

Debtocracy – La gouvernance par la dette(vostfr)

Les sociétés (The corporation) part 1 de 2

On nous dit pas tout …. Réveillez Vous !!!!

EDWARD BERNAYS – Propaganda 1/2 vostfr

Psywar

La vérité sur le SIDA | un complot, un business, une tuerie avérée

COLLAPSE – l’histoire de Michael Ruppert.

http://www.dailymotion.com/video/xkboo7_collapse-vostfr-1-2_news

http://www.dailymotion.com/video/xkbscp_collapse-vostfr-2-2_news#rel-page-1

Invisible Empire. Jason Bermas met au jour les divers mensonges, manipulations, trahisons, décisions politico-financières de l’ombre, ayant pour finalité la mise en place d’un « Nouvel Ordre Mondial »

Histoire des coups d’États et guerres provoqués par les industriels du pétrole

Quelques articles :

L’heure du reniement des social-démocraties européennes, par Michael Hudson

LA CREATION ET LE CONTROLE DE LA BANQUE CENTRALE AMERICAINE

Un dîner de malfrats (pour mettre les Européens à genoux…)

La Crise Européenne et l’Ordo-libéralisme Allemand

C’est la Crise finale !

Vandana Shiva : « Le libre-échange, c’est la dictature des entreprises »

et sites supplémentaires à visiter :

http://www.votre-sante.com

http://www.monetary.org

http://www.comite-valmy.org

http://www.mecanopolis.org

http://911nwo.info

http://www.cerclepep.com

http://www.lesmotsontunsens.com

http://www.voltairenet.org

http://www.mondialisation.ca

http://www.desobeir.net

http://www.anticolonial.net

http://survie.org

http://www.deboulonneurs.org

http://www.planetenonviolence.org

http://www.sortirdunucleaire.org

http://www.conseilnationaldelaresistance.fr

united for global change http://15october.net/fr/

www.societal.org

http://wiki.societal.org

www.jutier.net

http://economiedistributive.free.fr/plan.php

http://www.fauxmonnayeurs.org

http://monnaie.wikispaces.com

http://www.prosperdis.org/fra/accueil.htm

http://www.bankster.tv

http://www.citerre.org/sommairemct.htm

http://selidaire.org/spip/

http://www.courtfool.info/fr_Secrets_d_argent_interets_et_inflation.htm

http://www.chomage-et-monnaie.org

http://www.michaeljournal.org/galerie.htm

Statistiques mondiales en temps réel

Rappel technique sur le « Consensus de Washington »

 

 Conscient de notre esclavage,

Nous sommes nombreux à nous poser les questions suivantes :

- comment faire évoluer notre république vers plus de démocratie ?

- comment renverser l’oligarchie financière ?

Un embryon de solution est exposé dans la conclusion de l’article : Comment renverser légalement l’oligarchie actuelle ?

« Il me semble clair après cette courte démonstration qu’un lobby de citoyens doit naître, sous la forme d’une ONG, qui permettrait de rassembler en quelques mois au minimum un million de Français, dont les intérêts sont bafoués au quotidien, afin de faire bouger les choses voire de renverser l’oligarchie. Cela pourrait arriver si ces Français sont déterminés, si les valeurs qu’ils partagent transcendent leurs clivages,[…]. Dès lors, plus rien ne pourrait arrêter ce mouvement inexorable. »

C’est donc à nous, citoyens ordinaires, de créer un réseau : le Réseau Français pour une Nouvelle République (RFNR). Un réseau totalement horizontal, c’est à dire sans direction nationale avec, tout au plus, une coordination nationale.

Les objectifs principaux de ce réseau sont de faire avancer démocratiquement les idées suivantes :

- 1 / trouver un processus citoyen pour rédiger une nouvelle constitution et aller vers une 6e République ;

- 2 / trouver le moyen de redonner au peuple le contrôle sur sa propre monnaie.

Le RFNR n’appartient à personne, ce n’est qu’une proposition et ce nom n’a finalement pas beaucoup d’importance, mais il faut bien une « bannière » pour se retrouver ! Le RFNR est ouvert à tous les citoyens français en age de voter (encarté ou non dans un parti politique).

Groupe facebook du RFNR : http://www.facebook.com/groups/290622580989337/ (+ de 800 membres)

Assemblée constituante : pour relancer le débat public

http://www.marianne2.fr/Assemblee-constituante-pour-relancer-le-debat-public_a213859.html

Avec André Bellon, président de l’ASSOCIATION POUR UNE CONSTITUANTE, nous avons convenu d’organiser une réunion à Paris pour le 14 avril 2012.

Merci de me signaler par courriel (mjutier@orange.fr ) si vous êtes intéressé à participer à cette réunion.

Marc Jutier – Discours – Publications - Vidéos – CV & articles – Interview – Débat – Blog .

“d’abord ils vous ignorent, puis ils se moquent de vous, puis ils vous combattent, puis vous gagnez”Gandhi

Citations (du document la MONNAIE !)

Le jugement éthique porté sur le mécanisme du crédit bancaire s’est profondément modifié au cours des siècles. (…)A l’origine, le principe du crédit reposait sur une couverture intégrale des dépôts. (…) Ce n’est que vers le 17ième siècle, avec l’apparition des billets de banque, que les banques abandonnèrent progressivement ce principe. Mais ce fut dans le plus grand secret et à l’insu du public . Par essence, la création monétaire ex nihilo que pratiquent les banques est semblable, je n’hésite pas à le dire pour que les gens comprennent bien ce qui est en jeu ici, à la fabrication de monnaie par des faux-monnayeurs, si justement réprimée par la loi. Concrètement elle aboutit aux mêmes résultats. La seule différence est que ceux qui en profitent sont différents  »La crise mondiale aujourd’hui », Maurice Allais, Prix Nobel de Sciences Economiques 1988. Ed. Clément Juglar 1999.

Les mécanismes actuels du crédit reposent sur des bases en très grande partie irrationnelles, dont l’origine historique est tout à fait empirique, qui n’ont jamais cessé de se révéler très dommageables et qui n’ont jamais été pensés très sérieusement sauf par une minorité d’économistes, et cela aussi bien en France que dans les autres pays d’Europe occidentale et aux Etats-Unis. Maurice Allais soutenant un plan de couverture intégrale dans « L’impôt sur le capital et la réforme monétaire » en 1977.

Si tous les prêts bancaires étaient remboursés, il n’y aurait plus ni le moindre centime en dépôt en banque, ni la moindre pièce ou le moindre billet en circulation. […] l’absurdité tragique de notre impuissance est presque incroyable mais c’est bel et bien la réalité. Robert Hemphill, dirigeant de la Federal Reserve Bank d’Atlanta dans les années 30 en préface de la première édition de « 100% Money » de I. Fisher.

Comme plusieurs d’entre vous ici le savent bien, le système monétaire contemporain est purement arbitraire, et la fabrication de l’argent dans le monde ne coûte guère plus que le prix de l’encre et du papier.Clifford Hugh Douglas (Newcastle – Upon Tyne, le 9 mars 1937).

Le privilège de créer et de produire de la monnaie est le plus opportun dessein d’un gouvernement. Par l’adoption de ces principes, le besoin ressenti depuis longtemps d’uniformiser la monnaie aux besoins sera satisfait. Les assujettis aux taxes seraient libérés des intérêts. L’argent cesserait d’être le maître pour devenir la servante de l’humanité. Abraham Lincoln.

Les banques, je les ferme. Les banquiers, je les enferme.

Vincent Auriol (alors secrétaire d’état de Léon Blum en 1936).

Celui qui contrôle l’argent de la nation contrôle la nation. Je crois que les institutions bancaires sont plus dangereuses pour nos libertés qu’une armée debout. Thomas Jefferson, troisième président des USA de 1801 à 1809.

L’histoire relate que les banquiers ont utilisé toutes sortes d’abus, intrigues, supercheries et violences possibles pour obtenir le contrôle des gouvernements en contrôlant l’argent et son émission. James Madison, quatrième président des USA de 1809 à 1817.

Quand l’argent d’un gouvernement dépend des banques, ce sont elles et non les chefs du gouvernement qui contrôlent la situation. Napoléon Bonaparte

Il est une chance que les gens de la nation ne comprennent pas notre système bancaire et monétaire, parce que si tel était le cas, je crois qu’il y aurait une révolution avant demain matin. Henry Ford.

Jean-Louis pour Marc Jutier

son site

123

Le droit de savoir |
Lesenegalais |
Aurélien Brillant MIAMISSA |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | RTI VERITES
| unsa-cprpsncf
| Parti Libéral Tunisien