Archive pour 25 janvier, 2012

Iran-USA : une dangereuse absence de dialogue

« Lorsque la force d’un Etat diminue, son désespoir augmente. Ses prises de positions deviennent plus agressives et la peur – plus que le calcul – guide ses actions. De nombreux signes indiquent que la République islamique est aujourd’hui dans cette situation. » Outre la désorientation d’un régime déstabilisé par les printemps arabes, Trita Parsi, président du National Iranian American Council, souligne la dangerosité de l’absence de canaux de discussions entre Téhéran et Washington, et de l’incompréhension mutuelle des deux protagonistes – qui inquiète également le Chef d’Etat-major US.

Iran-USA : une dangereuse absence de dialogue dans Opinions arton3188

Trita Parsi

Le monde s’est accoutumé aux fanfaronnades iraniennes. Mais, même selon les normes de la République islamique, la déclaration de l’amiral Habibollah Sayari, appelant la semaine dernière à déployer la marine iranienne auprès des côtes des Etats-Unis est saisissante. Le Pentagone sait bien évidemment que les navires de guerre iraniens ne viendront pas de si tôt croiser près des côtes américaines. Tout comme le porte-parole de la Maison Blanche Jay Carney, qui a déclaré : « nous ne prenons pas ces déclarations au sérieux, étant donné qu’elles ne correspondent pas du tout aux capacités navales de l’Iran. » L’amiral iranien peut aboyer, mais il est loin de pouvoir mordre.

Pourtant, la perte du sens des proportions révélée par la rhétorique des dirigeants iraniens nous en apprend beaucoup sur le trouble ressenti dans le pays face aux soulèvements citoyens qui secouent toujours la région. Elle nous rappelle aussi qu’après trois ans de mandat du président Obama, les Etats-Unis et l’Iran demeurent dangereusement proches d’une confrontation.

L’Iran est un pays qui a perdu l’initiative dans la région. Téhéran avait intelligemment utilisé les nombreuses erreurs commises par l’Amérique au Moyen-Orient sous l’administration George W. Bush, afin d’étendre sa sphère d’influence et d’occuper la vacance de pouvoir créée par le déclin des États-Unis. Les ennemis que l’Iran ne pouvait pas vaincre avaient été écrasés par l’armée américaine, et le statut régional qu’il n’aurait pu obtenir par ses seuls moyens a été procuré à Téhéran par l’effondrement du statut de l’Amérique au Moyen-Orient.

Mais cette opportunité de profiter des faux pas américains arrive à son terme. Après la répression brutale de son peuple qui a suivi les élections présidentielles frauduleuses de 2009, et le soulèvement des peuples arabes contre leurs dictateurs, Téhéran n’a plus de vision stratégique.

Bien que la République islamique ait prédit – et même applaudi – le printemps arabe, elle fut néanmoins surprise par l’absence de dimension anti-américaine de ces protestations. Le peu d’envie parmi les manifestants arabes pour diriger leur colère contre l’Amérique, laisse l’Iran face à de grandes difficultés pour utiliser les frustrations arabes. D’autant plus que gouvernement iranien n’a aucune intention d’appliquer en Iran le genre de changements demandés par les manifestants dans les pays voisins.

Le printemps arabe a diminué la capacité de l’Iran à exercer un pouvoir d’influence dans la région. Ce pouvoir d’influence s’est maintenant déplacé vers la Turquie, qui n’a pas hésité à s’inspirer des méthodes de l’Iran en faisant appel à la rue arabe.

Lorsque la force d’un Etat diminue, son désespoir augmente. Ses prises de positions deviennent plus agressives et la peur – plus que le calcul – guide ses actions. De nombreux signes indiquent que la République islamique est aujourd’hui dans cette situation, en partie en raison des développements régionaux, mais surtout à cause de faiblesses internes de l’Etat qui ont résulté les élections de 2009.

Bien qu’il soit absurde de penser que le continent américain soit sous la menace militaire de l’Iran, le trouble régnant à Téhéran n’a pas réduit le risque d’une confrontation américano-iranienne. De fait, la combinaison de trois facteurs importants explique pourquoi le commandement militaire américain a exprimé ses craintes qu’un affrontement accidentel dans le golfe Persique pourrait échapper à tout contrôle.

Premièrement, le déclin de l’influence américaine a créé un vide dans la région qui ne demande qu’à être rempli. Les manœuvres qui en découlent pour donner naissance à une nouvelle hiérarchie régionale ont donné naissance à des troubles géopolitiques.

Deuxièmement, cette agitation intervient à un moment où la plupart des puissances régionales souffrent d’une faiblesse politique interne inhabituelle. La capacité de conduire une politique étrangère efficace est compromise par des divisions internes. Les décisions sur les questions stratégiques cruciales sont prises de plus en plus sur la base de considérations de politique intérieure plutôt que sur une appréciation géopolitique.

Ce quasi-effondrement des capacités des gouvernements est clairement visible en Israël. Le gouvernement du Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a choisi de limiter ses options de politique étrangère à ce que sa fragile coalition gouvernementale peut supporter. Des prises de risques disproportionnés en politique étrangère sont acceptées, afin de prolonger la durée de vie de la coalition au détriment des intérêts à long terme d’Israël.

L’Egypte, l’Irak et la Syrie souffrent tous de l’instabilité politique, sous différentes formes et pour différentes raisons. Et tandis que l’Arabie saoudite a réussi à acheter la paix sociale, elle sera confrontée à une crise de succession dans les prochaines années qui pourrait déclencher un printemps saoudien.

En Iran, les luttes politiques féroces qui déchirent l’élite iranienne ont atteint de nouveaux sommets. Bien que cela n’ait pas nécessairement donné naissance à un nouvel aventurisme iranien (au-delà de la rhétorique dure), cette situation a paralysé l’Etat et affaibli sa capacité de manœuvre dans un environnement stratégique en mutation. C’est particulièrement le cas au sujet de questions cruciales telles que ses relations avec les États-Unis.

Troisièmement, cette paralysie est d’autant plus dangereuse dans un environnement dans lequel les parties ne sont pas en état de se parler. Cela produit une dégradation de la capacité de gouverner, tout en provoquant une augmentation des provocations qui pourraient s’avérer très dangereux. Une petite étincelle pourrait provoquer une conflagration.

Le commandement militaire américain est légitimement préoccupé par cette situation. Ces dernières semaines, le chef d’Etat-major interarmées, l’amiral Michael G. Mullen, a mentionné à maintes reprises le manque de communication entre les Etats-Unis et l’Iran comme étant une préoccupation majeure.

« Nous ne parlons pas avec l’Iran, ce qui fait que nous ne nous comprenons pas les uns les autres », a-t-il déclaré le mois dernier. « Si quelque chose arrive … il est pratiquement assuré que nous ne le comprendrons pas correctement. » Ce manque de communication porte en germe une erreur d’appréciation, a souligné Mullen. Et des erreurs de calcul conduisent souvent à des escalades dangereuses.

Le diagnostic porté par Mullen touche au cœur du problème, comme en témoigne l’escalade des fanfaronnades iraniennes. Parler aux Iraniens ne garantit pas la résolution des problèmes fondamentaux qui ont donné naissance à cette atmosphère délétère. Mais cela pourrait toutefois garantir que, au milieu des aboiements, ne survienne pas une morsure accidentelle.

Jean-Louis pour Trita Parsi

Trita Parsi préside le National Iranian American Council

Publication originale LA Times, traduction Contre Info

Les compteurs « intelligents », au Canada et ailleurs, pour l’eau, ou autres chose…

Écoutez ce type expliquer comment les compteurs intelligents sont utilisés pour surveiller les activités des abonnés, comment les données enregistrées par les compteurs sont stockées dans des bases de données, auxquelles ont alors accès des compagnies d’assurance, des services de police des agences gouvernementales et quiconque obtient l’accès du fournisseur en électricité.

Les compteurs intelligents permettent de surveiller les activités des utilisateurs et de constituer des dossiers de surveillance sur les utilisateurs.

Voici un vidéo sous-titré en français qui explique ce qu’ils font avec ces compteurs. La traduction laisse un peu à désirer, mais c’est en français.

Comme le vidéo explique à la fin, si vous ne voulez pas qu’H-Q installe un compteur intelligent chez vous, vous DEVEZ transmettre une lettre à H-Q, par courrier recommandé (conservez vos preuves) disant que vous interdisez à H-Q et à ses employés, représentants et mandataires l’accès à votre immeuble, et que vous leur interdisez de remplacer votre compteur, de vous surveiller et de stocker vos données de consommation, etc.

L’idée, c’est que vous devez vous objecter, par écrit, sinon H-Q va agir comme si vous aviez accepté. Votre inaction sera interprétée comme un consentement ou une autorisation de remplacer votre compteur par un compteur intelligent.

Exercez vos droits par écrit. Votre signature fait que c’est vrai, sinon c’est du chialage qui ne vaut rien en droit. Créez une interdiction, par écrit. Envoyez une lettre par courrier recommandé. Mettez une affiche sur votre propriété interdisant l’accès à toute personne non autorisée et près du compteur INTERDISANT d’enlever le compteur actuel.

Fixez un montant dans votre lettre en cas de contravention (X $ pour chaque jour de contravention), et dites que vous aurez le droit de retirer le compteur intelligent et de récupérer le compteur enlevé sans droit par HQ, et que vous aurez le droit d’effectuer une saisie par huissier si nécessaire pour récupérer votre compteur, le tout aux frais d’H-Q évidemment.

Dites aussi que tous les frais résultant de la contravention pourront être déduit de tout compte reçu ou à recevoir d’H-Q.

Note: Ceci n’est pas un avis juridique, mais une simple opinion personnelle. Pour des conseils juridiques, allez consulter un avocat.

Jean-Louis pour Aime Laliberte via Centpapiers

KIRGHIZISTAN : Des centaines de détenus se cousent la bouche

Près de 2 000 prisonniers enfermés dans treize établissements pénitentiaires kirghiz se sont cousu la bouche – avec du fil de coton, synthétique, ou du fil de fer. Leur mouvement de contestation dure depuis début janvier : ils protestent contre leurs mauvaises conditions de détention.

En cause, « le manque de nourriture, de place, de médicaments de base, et le fait que les colis des proches n’arrivent pas toujours à destination », rapporte le site de la radio kirghize Azattyk. Les détenus exigent que leurs cellules restent ouvertes et demandent à pouvoir
circuler au sein de la prison. Ils ont réussi à mobiliser leurs familles, qui manifestent dans différentes villes pour les soutenir. Pour les autorités, les
détenus « ont le droit d’être en grève de la faim, personne ne les nourrira de force ». Le porte-parole du Comité d’Etat du contrôle de l’exécution des peines souligne qu’ »à l’origine du mouvement on trouve des criminels qui ont besoin de circuler librement pour ‘récolter’ l’argent d’autres détenus [envoyé par leurs familles]« . Un peu plus de 1 000 détenus sur les 2 000 partisans du mouvement recensés avaient toujours la bouche cousue le 25 janvier.

Jean-Louis pour Courrier International

MEGAUPLOAD MENAÇAIT-IL LES MAJORS ?

Le site MegaUpload a-t-il été fermé car il s’apprêtait à concurrencer iTunes ? La rumeur se répand à grande vitesse sur la toile. Le patron Kim Dotcom affirmait préparer une formule inédite de téléchargement de musique, permettant de rémunérer les artistes tout en offrant un accès gratuit à leurs œuvres. Une initiative qui aurait sérieusement concurrencé iTunes, mais aussi les majors musicales.

La rumeur, relayée par ZDnet.fr, se fonde sur une interview

…accordée par Kim Dotcom au site Torrent Freak en décembre dernier picto

Le patron de MegaUpload y dévoilait une nouvelle formule audacieuse: MegaBox. Le concept: une plate-forme de musique gratuite pour l’utilisateur, mais rentable pour les artistes.  »Universal sait que nous allons rivaliser avec eux via notre propre système de musique en ligne appelée Megabox.com, un site qui permettra bientôt aux artistes de vendre leurs créations directement aux consommateurs tout en permettant aux artistes de garder 90% des revenus »,déclarait le patron.

MEGAUPLOAD MENAÇAIT-IL LES MAJORS ? dans Opinions original.45329.demi
> Cliquez sur l’image pour un gros plan <

Le secret de cette formule ? D’énormes revenus publicitaires, générés grâce à un logiciel spécial, capable de remplacer des publicités internet par des publicités vendues par l’entreprise. Pour accéder à l’intégralité des œuvres, l’utilisateur aurait dû  s’abonner au service Megakey, et « accepter que le groupe Mega prenne le contrôle de 10 à 15% des publicités affichées sur son navigateur. Ça marche comme un bloqueur de pub, mais au lieu de les bloquer, on les remplace par celles venant de notre propre régie publicitaire, Megaclick. », expliquait Dotcom.

MegaUpload s’apprêtait donc a rentrer dans les clous en rémunérant les auteurs… et à en sortir en détournant des publicités. Une initiative qui avait fait bondir Libération, et qui n’était pas forcément du goût d’iTunes et des majors. Mega aurait en effet permis aux artistes de se passer des services des maisons de disque, en passant directement par la Megabox, qui était censée offrir de bien meilleures conditions de rémunérations qu’un label classique.

Cette interview a été exhumée cette semaine, à l’occasion de la fermeture du site de téléchargement en ligne. L’information tourne à grande vitesse sur les sites spécialisés, qui s’interrogent: Megaupload a-t-il été supprimé suite à des pressions de l’industrie musicale, angoissée par ce futur concurrent ? Cependant, aucun élément concret n’étaye cette thèse.

« MegaUpload préparait-il son iTunes Store ? », questionne Maxisciences.com

original.45328.demi dans Opinions
> Cliquez sur l’image pour un gros plan <

 

Le nouveau service de MegaUpload « a-t-il mené à sa perte? », s’interroge Generation-nt.com

 

original.45330.demi
> Cliquez sur l’image pour un gros plan <

Geekozaurus.com, très affirmatif, titre : « Pourquoi megaUpload a vraiment fermé »

original.45326.demi
> Cliquez sur l’image pour un gros plan <

 

 

 

 

Le blog Tech Crunch se pose aussi la question: « MegaUpload a-t-il été visé en raison de son service de Jukebox digital à venir ? »

original.45331.demi
> Cliquez sur l’image pour un gros plan <

Et pour tout comprendre de la fermeture de MegaUpload, lisez notre article.

Jean-Louis pour Julie Mangematin

in @rrêt sur images

La gendarmerie fait-elle campagne pour Sarkozy ?

La « directive nationale » de communication des gendarmes pose question : ont-ils reçu pour consigne de « vendre » le bilan sécuritaire du gouvernement pendant la campagne présidentielle ?

La gendarmerie fait-elle campagne pour Sarkozy ? dans Opinions gendarmes

VOIR LE DOCUMENT (Fichier PDF)

Le député PS Jean-Jacques Urvoas, qui a révélé cette note sur son blog, ne répond pas catégoriquement. Mais pour ce spécialiste de la sécurité, la question se pose bien :

« A lire cette “directive de communication à diffuser jusqu’à l’échelon compagnie et escadron”, un esprit fort pourrait en conclure que la haute hiérarchie gendarmique a clairement choisi son camp. »

Un passage est particulièrement frappant :

« Il convient désormais, et jusqu’à la fin du mois d’avril 2012, de valoriser nos actions en externe en matière de lutte contre les atteintes aux personnes, les cambriolages et les incivilités. »

note-gendarmerie dans Opinions
Extrait de la note du Sirpa Gendarmerie du 19 janvier 2012

Fin avril 2012… Le général Jean-Philippe Ster, patron du Sirpa Gendarmerie (le service communication de cette arme), aurait aussi bien pu écrire « jusqu’au 1er tour de la présidentielle », pourrait-on penser.

Souligner les « améliorations » des conditions des gendarmes

Sauf qu’il s’agit d’une directive « pour le premier quadrimestre », et que celui-ci se termine effectivement fin avril.

Urvoas relève un autre point qui renforce la dimension politicienne de cette note :

« Les actions de communication interne doivent souligner l’amélioration des conditions de vie, de sécurité et de travail des militaires. »

Comme s’il fallait s’assurer que les gendarmes n’oublient pas de remercier le président-candidat Nicolas Sarkozy pour ses largesses.

Jointe par l’AFP, la direction de la gendarmerie a confirmé l’authenticité de la note. Tout en précisant que le plan de communication de la gendarmerie, lancé en octobre 2008, est « complété tous les quadrimestres par de nouvelles directives en termes de communication collant avec les directives opérationnelles ».

Jean-Louis pour Augustin Scalbert

in Rue89

Finance ennemie : de quoi l’attaque de Hollande est-elle le nom ?

Qui a dit :

« Face à un capitalisme financier devenu fou à force de n’être soumis à aucune règle, serait-il raisonnable d’attendre encore ? » ?

Ou encore :

« Une certaine idée de la mondialisation s’achève avec la fin d’un capitalisme financier qui avait imposé sa logique à toute l’économie et avait contribué à la pervertir. L’idée de la toute puissance du marché qui ne devait être contrarié par aucune règle, par aucune intervention politique, était une idée folle. L’idée que les marchés ont toujours raison était une idée folle. […] Comment admettre que tant d’opérateurs financiers s’en tirent à bon compte alors que pendant des années, ils se sont enrichis en menant tout le système financier à la faillite ? » ?

S’agit-il d’extraits du brûlot de François Hollande, prononcé dimanche dernier au Bourget face à des milliers de bolcheviks, euh pardon, de socialistes déchaînés ?

Non, évidemment non. Il s’agit de Nicolas Sarkozy, président de la République française :

« Virage à gauche »

Cela ne signifie pas, évidemment, que « l’ennemi, c’est la finance » de François Hollande ne soit qu’une pâle redite des discours de Nicolas Sarkozy ; cela permet juste de relativiser les cris d’orfraie poussés par les ténors de l’UMP et leurs relais qui dénoncent le « virage à gauche » du candidat socialiste qui mettrait la France en péril en s’en prenant ainsi, de front, au monde de la finance.

 

La surprise de ces réactions est que ce passage-là ait pu… surprendre. C’est son absence qui aurait dû inquiéter les partisans du candidat, réjouir ses rivaux de gauche qui dénoncent sa « mollesse », et permis à ses adversaires de droite de l’accuser d’avancer masqué.

Car quoi de plus banal aujourd’hui, et les citations ci-dessus de Nicolas Sarkozy sont là pour le prouver, que de pointer du doigt ce capitalisme financier qui a précipité le monde industriel dans la catastrophe actuelle ?

C’est, pour un candidat au suffrage universel, se mettre en phase avec le sentiment, ou plutôt le ressentiment populaire dans l’ensemble du monde occidental, parfaitement résumé par le slogan « nous sommes les 99% » du mouvement « Occupy Wall Street » aux Etats-Unis : la crise est provoquée par 1% de la population, mais ce sont les 99% autres qui trinquent.

Ce que ce florilège de petites phrases assassines montre clairement, en revanche, c’est qu’il ne suffit pas de les prononcer pour que la réalité qu’elle décrivent disparaisse par enchantement. Là encore, Nicolas Sarkozy, Président de la parole, montre la voie : la radicalité de ses déclarations de 2008-2009, Toulon et l’OIT pour ne prendre que ces deux discours, tranche avec la maigreur des changements obtenus depuis.

« Business as usual »

Il devait y avoir un avant et un après la crise des subprimes et la surpuissance du monde et des mécanismes de la finance ? Il y a au contraire un « business as usual », bonus inclus, à part quelques changements à la marge, qui explique en partie la rechute de 2011.

La seule interrogation concernant la phrase de François Hollande sur la finance, c’est ce qu’il en fera, en quoi elle est réellement une indication du type de politique qu’il entend suivre s’il est élu le 6 mai. Et là, les soupçons de la gauche de la gauche, en clair de Jean-Luc Mélenchon, sont légitimes.

Quand Hollande dénonce la finance, on entend l’écho de François Mitterrand s’en prenant aux « puissances de l’argent », dont on sait qu’il n’a pas toujours rechigné à composer avec elles.

Si les mots ont un sens, « l’ennemi, c’est la finance » est surtout un message à peine codé envoyé au « peuple de gauche » qui attend de son candidat probable du deuxième tour qu’il n’oublie pas les valeurs dont il est issu et qu’il est censé défendre.

L’International Herald Tribune, l’édition internationale du New York Times, ne s’y est d’ailleurs pas trompé, lorsqu’il publie une chronique de Reuters Breakingviews :

« Les banquiers, traders et gestionnaires de fonds français ne devraient pas trop se précipiter pour acheter un biller aller-simple pour quitter Paris si François Hollande devient Président en mai prochain. »

Et d’ajouter : « Les changements sérieux que M. Hollande a proposés ne sont pas effrayants, et ceux qui sont effrayants parmi ceux qu’il a esquissés ne sont pas sérieux. » Bien vu.

Jean-Louis pour Pierre Haski

in Rue89

Le dernier album de Leonard Cohen en écoute

Le dernier album de Leonard Cohen en écoute dans Humour cohen-leonard

Leonard Cohen en Espagne, le 19 octobre 2011 (Eloy Alonso/Reuters)

 

Récemment, Leonard Cohen était de passage à Paris pour la promotion de douzième album, « Old ideas », un recueil de dix chansons inédites.

Avant la sortie de l’album le 31 janvier, NPR, la Radio publique américaine, a eu la bonne idée de mettre l’intégralité de l’album en écoute gratuite.

Le Guardian consacre un long article au chanteur, né le 21 septembre 1934, soit trois mois avant Elvis Presley.

Il rappelle entre, autres anecdotes, que lors de l’épuisante tournée mondiale de 1972, filmée dans le documentaire de Tony Palmer, « Bird on a wire », un journaliste demandait à Leonard Cohen, alors âgé de 37 ans, de définir ce qu’était pour lui la réussite. Cohen avait froncé les sourcils et répondu : « Le succès, c’est la survie. »

Quarante ans plus tard, Leonard Cohen sort son douzième album. A Paris,rapporte Télérama, Léonard Cohen répond à un journaliste qui l’interroge sur les femmes et la mort :

« Me définir, à mon âge avancé, comme un homme à femme (“ ladies man ”) nécessiterait une dose d’humour. Je suis arrivé à la conclusion, un peu à contre-cœur, que je vais mourir un de ces jours. Ça donne à réfléchir.

J’espère le faire sans être trop morbide. J’aime évoquer la mort, mais en rythme. Je ne crois pas beaucoup au concept de réincarnation. Mais si je dois vraiment revenir sur Terre, alors que ce soit dans la peau du chien de ma fille Lorca ! »

Jean-Louis pour Aurélie Champagne

 

ALLER PLUS LOIN

Hitler et l’union européenne: l’histoire se répète

Il y a des vidéos que je conseille de regarder vivement, celle-ci en fait partie. Le maître de conférence sur la vidéo est François Asselineau, candidat aux présidentielles de 2012 et il revient durant celle-ci sur l’Europe au temps d’Hitler, autre démonstration (superbe au demeurant) que l’histoire se répète. Qui étaient vraiment les ennemis? Les USA et l’Allemagne? Ils étaient pourtant bien de connivence et les enjeux ne sont pas forcément ceux qui nous sont enseignés dans les livres d’histoire. À voir absolument!!!

Voir la vidéo

Jean-Louis pour Benji

in Les Moutons Enragés

Édition Spéciale : Bulletin d’Alerte FUKUSHIMA‏….

Est ce que comme le pense Jo^^ les corium est responsable? La crainte qu’il rencontre la nappe phréatique avec des risques d’explosions d’hydrogène semble se réaliser! Ce n’est qu’une supposition mais la gravité de la situation ne permet plus de l’exclure …

Édition Spéciale : Bulletin d’Alerte FUKUSHIMA‏…. dans Opinions earthquake-fukushima-300x243En cours au 24 01 2012
Centrale Nucléaire Fukushima Japon
Suspicion que les 4 tremblements de magnitude 4.5, 5.1, 5.1 et 4.5 qui ont frappé dans les dernières 24h la centrale nucléaire de Fukushima soient 4 explosions hydrovolcaniques ou d’hydrogènes.

Fukushima-diary

TEPCO confirme une très forte augmentation de l’activité radioactive à 70 millions de becquerels par heure notamment du césium libéré dans l’atmosphère ces dernières 24h pour les réacteurs nr 1 à 3.

In situ face à une situation qui semble inexorablement se détériorer de jour en jour les gens ont le sentiment qu’il se passe maintenant des choses importantes à Fukushima qui sont peut être annonciatrices d’autres évènements plus graves.

4-300x231 dans Opinions

Next up News via l’EVEIL2011

Préoccupant cette histoire…Rappelons qu’il y a eu 12 séismes dans les 7 derniers jours dans cette région. Les effets du corium dans le sol commence p-e à se faire sentir. À suivre! 

Jean-Louis pour Voltigeur

in Les Moutons Enragés

Meeting Front de Gauche de Besançon

Mardi 24 janvier, un grand meeting Front de Gauche s’est tenu à Besançon dans le Doubs. Voici le discours prononcé par Jean-Luc Mélenchon devant plus de 4000 personnes venues y participer.

Voir la vidéo

Jean-Louis

123

Le droit de savoir |
Lesenegalais |
Aurélien Brillant MIAMISSA |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | RTI VERITES
| unsa-cprpsncf
| Parti Libéral Tunisien